Les vraies réponses à vos questions sur l'Herpès :

 

 

Je comprend vos inquiétudes si vous êtes atteint de l'herpès et je sais aussi que vous êtes déçu par toutes les contradictions qui peuvent être écrites sur internet pour ce virus ou l'absence d'informations de votre médecin.
Vous devez savoir qu'il n'y a pas formation spécifique de l'herpès à l'école de médecine, seuls les médecins orientés vers les maladies infectieuses survolent rapidement cette pathologie compliquée, ils deviennent ensuite "professeurs de médecine" et vous ne les rencontrerez probablement jamais.
N'en voulez pas à votre médecin généraliste ou à votre dermatologue ou votre gynécologue, sans parler de "complot", un certain "lobbying pharmaceutique" fait tout pour que cette situation perdure éternellement.
Ne croyez pas trop les internautes ou certains sites "pseudo-médicaux" qui croient savoir alors que de nombreuses études scientifiques ont du mal à trouver la parade contre ce virus et ne le connaissent pas vraiment.


Dans ce qui suit, je vais vous donner des renseignements essentiels pour connaitre mieux ce virus et son fonctionnement ainsi que la meilleure méthode pour le combattre.
Vous n'êtes pas obligé de me croire mais je veux juste aider mon prochain, avec amour et compassion, mon meilleur vœux, éradiquer ce virus de la planète.
Cela peut vous paraître prétentieux mais je suis plutôt têtu et j'espère y arriver un jour.
Vous m'y aidez en visitant mon site, ou en laissant un message d'encouragement sur la dernière page du site, ou en commandant mon remède afin que je puisse constater sur des milliers de personnes la performance de mon remède et garantir son efficacité sur tous les cas possibles (statistiques personnelles) Voici un résumé indispensable puis vos questions habituelles :




Le virus de l’herpès existe depuis plusieurs millions d’années, bien avant l’apparition de l’homme, on le trouve sous des formes diverses sur d’autres mammifères, des batraciens et crustacés, sur les éléphants, jusque dans les huitres, on a trouvé des anticorps d’herpès sur des mammouths congelés en Sibérie.


Le mot « herpès » vient du Grec et signifie : « ramper comme un serpent »


En termes scientifiques, les virus de l’herpès ont en commun certains caractères. Ce sont des virus à ADN de poids moléculaire élevé (150 à 230.000 paires de bases), codant donc un grand nombre de protéines (une centaine). Ils ont une capside icosaédrique faite sur le même modèle (162 capsomères, à titre indicatif). Ils ont un péplos ou enveloppe, dérivé de la membrane nucléaire.


En effet, l’encapsidation de l’ADN viral à l’intérieur de la capside se fait dans le noyau, puis le virus quitte le noyau par bourgeonnement de la membrane nucléaire ; l’acquisition de l’enveloppe définitive se fait par bourgeonnement de la membrane de l’appareil de Golgi, modifiée par l’adjonction de glycoprotéines virales. L’ECP des virus herpès, quand il existe (HSV, VZV, CMV), consiste donc principalement en modifications du noyau, avec inclusion nucléaire.


Au niveau moléculaire la réplicationdes « Herpes viridae »  comporte trois phases : « très précoce » avec synthèse de protéines activatrices ; « précoce » avec synthèse de protéines enzymatiques dont une ADN polymérase virale ; et « tardive » avec synthèse des composants protéiques de la capside et des glycoprotéines d’enveloppes. La réplication de l’ADN viral sépare les phases précoces et tardives.


Pour faire simple et que ce soit accessible pour tous, hors d’un organisme, le virus se présente sous la forme d’une enveloppe constituée de petites spirales et un noyau. A ce stade, le virus est inerte, sans aucune activité. Il est très fragile et ne résiste que peu de temps à l’air libre (moins de 30 minutes) L’épiderme est une bonne protection pour notre corps mais elle est semi-perméable, l’eau, l’huile, les microbes trop gros et la plupart des virus ne peuvent pas passer cette barrière mais le virus de l’herpès, plus petit que les cellules humaines, peut pénétrer à travers, particulièrement par ses points faibles, les muqueuses (lèvres et parties génitales) et les yeux.


Le virus de l’herpès est programmé pour ne s’attaquer qu’aux cellules nerveuses de notre organisme, pour éviter la confrontation avec notre système immunitaire et nos anticorps, très nombreux dans notre circuit sanguin. L’évolution millénaire du virus de l’herpès lui a permis aussi d’être programmé pour éviter une destruction « mutuelle » avec son hôte, le virus ne dégrade aucun organe et ne se multiplie pas à l’intérieur du corps comme la plupart des virus, il peut y avoir parfois dégradation par les lésions herpétiques mais ce n’est qu’une cause opportuniste secondaire d’infection de l’herpès.


La contamination par la cellule virale se fait la plupart du temps par un contact direct, normalement ces virus sont des cibles faciles pour nos défenses mais ils se consacrent à contrer nos protections, soit « passivement » par « camouflage » en intégrant rapidement l’Adn de la cellule contaminée, soit « activement » par « sabotage » avec des leurres, grâce à des gènes pris à la cellule nerveuse par « piraterie génique ».


Le virus devient alors actif, les personnes ayant un bon système immunitaire au moment de la première infection peuvent combattre l’agression avec une fabrication rapide d’anticorps spécifiques qui neutraliserons le virus et empêcherons tout déplacement de celui-ci, le virus restera inactif et définitivement bloqué dans l’organisme, les anticorps se régénérant automatiquement en présence du virus, le virus sera toujours présent mais ne donnera jamais de symptômes, les personnes serons « porteuses saines », non contaminantes. (90° des contaminés)


Pour les 10% restants, le virus aura le temps d’intégrer la cellule nerveuse qu’il ne quittera plus jamais, il pourra se déplacer le long des fibres nerveuses en toute impunité pour effectuer son cycle de reproduction, intégré à l’Adn de la cellule, il est indétectable pour les défenses immunitaires.


Ce virus unique ne circulera que sur le circuit nerveux qu’il a infecté, il ne migre pas dans tout le corps et les organes, son territoire est délimité entre les cellules de l’épiderme de la primo-infection et son siège nerveux, les ganglions sensitifs. Le ganglion sacré en bas de la colonne vertébrale pour l’herpès génital (HSV2) et le ganglion de Gasser pour l’herpès labial, au niveau du Trijumeau (HSV1) En général, le virus d’herpès labial (HSV1) concerne tous les symptômes au dessus de la ceinture et le virus d’herpès génital (HSV2) concerne tout ce qui est en dessous de la ceinture. Dans certains cas rare ou d’auto-contamination, le territoire peut être diffèrent et le virus peut aussi passer cette barrière pour infecter la région nerveuse cérébrale.


Les tests sanguins ne sont pas fiables, il existe des faux positifs ou négatifs, le virus de l’herpès ne circule pas dans le sang, il n’y a que des anticorps, même pour les « porteurs sains » qui pourtant ne sont pas malades, la seule méthode fiable est un prélèvement direct sur une lésion herpétique par écouvillonnage et culture en laboratoire.


Une fois le virus bien installé, il devient un constituant de notre organisme, à vie et il y a une « infection latente ».


Il n’existe aucun moyen de trouver le virus dans le corps, même avec une autopsie.


Il y a plusieurs critères ou facteurs déclenchant pour que le virus passe de la phase « inactif » (99° du temps) à la phase « active » avec symptômes externes ou internes.  Le premier critère étant de loin une faiblesse immunitaire, ce qui permet au virus de se déplacer librement sans risque d’être intercepté en chemin, le 2ème critère connu et fréquent, c’est un problème nerveux, fatigue ou stress important, choc émotionnel, accident ou opération lourde. Le 3ème étant les menstruations féminines. Il y a ensuite des facteurs comme l’exposition trop forte au soleil, la prise de médicaments lourds ou antidépresseurs, l’alcool à forte dose, certains aliments forts en Arginine, une autre pathologie chronique et d’autres facteurs moins déclencheurs ou moins connus.


A cause de ces raisons qui affaiblisse l’organisme, le virus se réveille et se déplace jusqu’au terminal du système nerveux infecté, au niveau de l’épiderme, et va dupliquer quelques dizaines de cellules virales sous la peau, ce qui va amener en quelques heures une « ballonisation », sous forme de bouton ou ensemble de pustules, puis le virus retourne rapidement sur son siège nerveux pour ne pas être détecter. Les cellules virales dupliquées ayant l’Adn d’une cellule nerveuse, le système immunitaire ne peut combattre ses propres cellules, les cellules virales dupliquées ne sont pas encore des virus mais le deviendrons au contact d’un hôte ou par auto-contamination d’une autre zone nerveuse du corps. Les vésicules sont très contagieuses, la lésion qui suit la fin de la ballonisation un peu moins, les croûtes un peu moins aussi mais sont contagieuses également. La fin de la contamination n’est confirmée que par la cicatrisation, la contamination n’est possible que pendant les poussées par ces symptômes externes.


Il existe un cas particulier, le virus reste bloqué sur son siège à cause d’une cellule nerveuse défaillante, cela cause une plus ou moins importante inflammation nerveuse localement, se qui se traduit par des sensations nerveuses douloureuses (fourmillement, décharges électriques, brulures, parfois blocage urinaire ou paralysie temporaire) La contamination n’est pas possible mais les symptômes peuvent persister plusieurs semaines, c’est la « névralgie herpétique ».


Les traitements actuels sont les antiviraux. Sous la forme de pommade antivirale, il n’y a aucune étude sérieuse qui a démontré une réelle efficacité, ce qui est confirmé sur le terrain, pas d’amélioration notoire. Les antiviraux oraux ont pour unique rôle de diminuer la charge virale, ils n’ont pas d’effet sur la diminution de la récurrence ou sur le virus lui-même, ils peuvent parfois diminuer la durée de l’épisode et les douleurs mais devant une grosse faiblesse immunitaire, il a été démontré une résistance ou une mutation du virus qui devient plus agressif. Il y a un résultat significatif si le traitement est pris dès les premiers symptômes au bon dosage mais il y a un effet constaté de résistance au traitement en cas de prise prolongée (plus de 5 jours)


De nombreuses personnes pendant des décennies ont tout tenté pour se débarrasser des symptômes, comme d’appliquer des huiles concentrées, des produits agressifs, voir de l’acide, ce qui ne fait que fragiliser la zone et de faciliter le travail pour le virus, d’autres ont tenté l’ablation de la zone touchée (circoncision par exemple)mais le virus n’est présent sur zone que quelques heures et il revient sur une autre terminaison du circuit nerveux concerné si la zone de l’épiderme a été brulée ou supprimée. Il y a de nombreuses « recettes » pour soulager ou camoufler les symptômes mais rien pour attaquer le virus lui-même ou diminuer la récurrence.


Il existe pourtant depuis des siècles des plantes qui ont démontré un pouvoir sur les virus, par voie orale ou dermatologique, il suffisait de trouver  celles qui agissent efficacement sur ce virus particulier qu’est l’herpès, de bien les combiner et de bien les doser afin de multiplier leur pouvoir.


C’est mon remède "Herpès Soin", le meilleur soin qui existe pour réveiller localement le système immunitaire, pour affaiblir le virus et déstabiliser son camouflage, pour l’obliger à rester suffisamment sur place en le ralentissant par « anesthésie » pour que les anticorps aient le temps de le détecter et de fabriquer une bonne défense pour neutraliser le virus. Herpès Soin ne va volontairement pas détruire complètement le virus de l’herpès, il va l’obliger à rester replié sur sa base pour que l’organisme puisse continuellement fabriquer de nouveaux anticorps en présence de l’intrus (tous les 6 mois environ) et permettre ainsi une immunité définitive contre toute nouvelle infection du virus (interne ou externe), c'est un vaccin définitif dermatologique sans danger ni effets secondaires nocifs pour la santé.

Utilisé sur une primo-infection, il empêche réellement et immédiatement la maladie et la récurrence, comme un vaccin cutané.


La formulation de "Herpès Soin" est "protégée", elle comprend des extraits de la racine de bistorte particulièrement riche en composés polyphénoliques.


Dans notre solution, leurs rôles est multiple :


En tant qu’astringent, ils vont favoriser la cicatrisation du bouton d'herpès. En outre, la réduction de la pression sur les terminaisons nerveuses induira une diminution de la douleur ressentie localement.


En tant qu’antiseptique bactéricide, ils vont empêcher la surinfection des lésions herpétiques.


Comme anti-inflammatoire, ils vont participer à la reconstruction des tissus.


Toutefois l’action la plus significative se retrouve au niveau de ses propriétés antivirales. De récentes thèses ont décrypté le mode d’action du virus de l’herpès. Pour se multiplier le virus doit obligatoirement pénétrer dans les cellules pour ensuite gagner le noyau où il réalisera l’ensemble de son processus reproductif. On sait également qu’à l’instant même où il pénètre la cellule, celle-ci se trouve irrémédiablement endommagée. A ce stade, les molécules antivirales du type Acyclovir ne peuvent pas encore agir ; pas plus qu’elles ne le pourront lors de la pénétration de ce virus dans le noyau. L’Acyclovir n’intervient qu’au stade de la tentative de synthèse de l’ADN viral, mais n’évite pas le carnage cellulaire qui précède. Or, il a été prouvé que les polyphénols contenus dans ces extraits de plantes empêchent la pénétration du virus dans la cellule : ils agissent avant les dégâts cellulaires.


C’est pourquoi le topique "Herpès Soin", destiné à combattre les crises d'herpès, doit être appliqué dès les premiers picotements.


VOS QUESTIONS :



- Est-ce que l'herpès est une maladie récente, je suis positif HSV2 suite à un contrôle MST et je ne savais pas ce que c'était et on n'en entend jamais parlé ?

Non, le virus de l'herpès existe probablement depuis des millions d'années, bien avant l'existence de l'homme sur terre. Les preuves scientifiques sont des résultats d'analyses sur des mammouths retrouvés bien conservés dans la glace en Sibérie qui démontrent que l'herpès existait bien à cette époque, on retrouve le virus chez les primates mais surtout dans les espèces aquatiques et, plus étonnant,  même dans les huîtres.
Si on n'en parle peu, c'est parce que c'est une maladie dite "honteuse", comme la syphilis, personne n'aime divulguer ce type d'information sous peine d'être mis à l'écart comme un pestiféré, c'est souvent le cas, il est plus acceptable de dire par exemple "j'ai un bouton de fièvre", à tel point que nombreuses personnes sont persuadés que cela provient de la fièvre et ne connaissent pas l'herpès labial et le risque important de contagion.
Ce n'est pas une maladie mortelle pour les médecins, ce n'est donc pas une priorité pour le milieu médical qui en tire un important bénéfice, pourtant il existe des formes graves, invalidantes et létales parfois.

 

- J'ai fait l'objet d'une transfusion de sang suite à une opération, comment savoir si j'ai attrapé l'herpès, le médecin m'a dit que cela n'est pas recherché comme pour le sida, syphilis, hépatite et paludisme ?

Vous ne pouvez pas attraper l'herpès par une transfusion de sang.
Voici le fonctionnement du virus de l'herpès.
Il n'est pas présent dans le sang, il ne peut pas l'être sous peine d'être détruit par vos défenses immunitaires.
Le virus de l'herpès vous contamine par contact direct sur la peau ou les muqueuses. La peau étant semi-perméable, ne laisse pas passer l'eau mais le virus de l'herpès le peut. Il va alors pénétrer l'épiderme jusqu'au derme ou il s'accrochera à une cellule nerveuse. S'il y a plusieurs virus, plusieurs cellules nerveuses serons touchées. Il ne pénètre pas dans les cellules de l'organisme comme la plupart des virus, il s'accroche sur la cellule pour devenir indétectable à vos défenses, il s'assimile à l'Adn de la cellule nerveuse. Il se sert ensuite du circuit nerveux infecté pour atteindre sa nouvelle base de repli, les ganglions de Gasser (herpès labial) ou ganglions sacrés (herpès génital), il ne migrera pas, il restera définitivement sur l'arbre nerveux infecté et se déplacera à chaque baisse de votre système nerveux ou de votre système immunitaire (maladie, accident, stress, allergie, etc...) pour retourner sur le lieu de l'infection sur l'épiderme. Il va fabriquer plusieurs dizaines de cellules virales (un gros bouton pour un virus) un groupe de pustules pour plusieurs cellules nerveuses atteintes, et ainsi il pourra contaminer un nouvel hôte ou vous auto-contaminez. Il ne passera jamais par le système sanguin, il passera par le circuit nerveux qui est indépendant, votre système immunitaire ne le trouvera jamais et ne pourra le détruire. Quand il se déplace pour se dupliquer, c'est la phase active du virus, qui dure 12 à 24h, ensuite il retourne en phase latente pour une longue période. Pendant ce temps, les cellules virales dans les pustules passe doucement à travers la peau ou par les lésions si vous vous êtes gratté celles-ci, vous pouvez contaminé pendant plusieurs jours, jusqu'à résorption complète des boutons ou pustules, jusqu'à 15 jours parfois.

 

- Est-ce qu'un traitement antiviral peut me guérir et quel est le meilleur ?

Non, avec certitude, les antiviraux n'ont que peu d'action sur l’herpès. Un traitement antiviral n'est pas conçu pour attaquer et détruire les virus ni l'affaiblir, encore moins pour éviter les poussées d'herpès. L'action d'un antiviral est de ralentir la réplication du virus, ce n'est pas la même chose, et encore, il n'y a aucun test sérieux ou étude qui confirme l'efficacité des antiviraux, seul les effets indésirables sont bien connus. Je ne suis pas contre les médicaments mais prescrire des antiviraux sur du long terme est dangereux, certains médecins pour se débarrasser de leur patient pour qui ils ne peuvent rien faire prescrivent ce type de traitement inutile. L'antiviral n'agit QUE PENDANT la phase active du virus de l'herpès, qui dure du début des symptômes à 48h maximum, il n'est pas logique de le prescrire en dehors de cette phase active, sauf de vouloir obliger le virus a muter et devenir encore plus résistant (prouvé par des études Américaines et Françaises)
Quand au meilleur antiviral sur le marché, ils ont tous la même molécule de base, seul le nom change et si un antiviral était efficace, depuis des dizaines d'années qu'ils sont commercialisés, ça se saurait non ?

- Et les remèdes de "grand mère" pour guérir l'herpès ?

Il n’existe malheureusement aucun remède de grand mère qui guérisse l'herpès. Certains peuvent soulager voir faire disparaître plus rapidement les poussées, je n'en doute pas, le problème c'est juste que cela n'agit pas sur le virus, juste sur la cicatrisation ou sur les symptômes, aucun de ces remèdes n'attaquent le virus ou le neutralise, j'ai même plusieurs témoignages qui expliquent que d'avoir utiliser ce type de soins a effectivement bloquer le virus mais que celui-ci a créer du coup une inflammation sur la base du virus (ganglions sacrés) en donnant de fortes douleurs, sensations de brûlures sur tout le corps, paralysie des membres inférieurs, blocage urinaire avec pose d'une sonde, crise exceptionnelle mais qui dure entre 2 et 6 semaines. Personnellement, je ne le conseille pas. Idem pour les remèdes homéopathiques qui ne peuvent que camoufler les symptômes. Comme j'aime le dire, si ça marchait vraiment, ça se saurait, malheureusement sur le net il y a tout et n'importe quoi comme solution et cela décourage encore plus les personnes en détresse qui ne savent plus quoi faire.

- Votre remède c'est quoi exactement ?

Mon remède déclenche l'apocalypse pour ce virus qui se camoufle si bien des défenses immunitaires, il va empêcher la phase indispensable de duplication et la contamination, le remède va affaiblir des cellules virales qui vont être plus facilement détectées par des anticorps et pourront être neutraliser à long terme.

Avec une base d'alcool non modifiée (sans additif ni camphre pour éviter les risques d'allergie) afin de conserver les extraits végétaux, de diluer ces extraits, de permettre une pénétration rapide des extraits tout en anesthésiant les cellules virales.
Avec des extraits végétaux naturels (description sur le site) qui sont reconnus depuis deux siècles pour leur fort pouvoir antiviral, désinfectant et cicatrisant, principes actifs qui vont pénétrer l'épiderme jusqu'au derme afin d'atteindre les cellules virales.
Ces actions vont obligé l'organisme à intervenir sur cette intrusion en créant une plus ou moins importante réaction immunitaire qui va découvrir alors la présence de cellules virales fortement affaiblies ou détruire, défense naturelle de l'organisme qui va pouvoir créer des anticorps pour combattre le virus reconnu, l'obligeant à se réfugier sur sa base ou en le détruisant complètement.
Lors d'une éventuelle dernière tentative du virus (poussée résiduelle) pour effectuer son cycle de reproduction, le virus rencontrera alors ces nouveaux anticorps qui pourrons, soit le détruire, soit l'obliger à retourner se réfugier sur sa base s'ils ne sont pas encore performants sur un virus tenace.
Le fait d'attaquer le virus va l'empêcher d'effectuer ce cycle indispensable de reproduction et il finit toujours pas capituler.
Les résultats sont aléatoires, une seule application pour les cas simples, deux à trois applications pour les cas plus compliqués (souche résistantes, virus ancien, foyers multiples, grande faiblesse immunitaire) mais le final est que le virus ou la récurrence disparaissent quel que soit le cas particulier.
Durant ce traitement avec le remède, si l'application est faite au tout début des premiers symptômes, il n'y a pas de crise, pas de boutons ni pustules, pas de douleur ni plaie, donc pas de contamination possible par le virus.
Plus besoin d'autres traitements, de médicaments, de patch, de pommades, de consultations inutiles.
Quelques euros pour l'arrêt des douleurs (en 15mn) la fin des plaies herpétiques, la cicatrisation rapide des poussées en cours (48h), plus de contamination ni auto-contamination, l'avantage principal de voir disparaître la récurrence et de devenir au minimum "porteur sain", sans risque de récidive (30 ans de recul)

Et pour les personnes atteintes d'herpès oculaire ou de la cavité buccale, on ne peut pas utiliser votre remède ?

Non, effectivement, l'alcool et les extraits de plantes sont bien trop puissant, ils pourraient créer des brûlures ou graves lésions sur la cornée et dans la bouche, ils seraient dilués par la salive. C'est pour cela que je met en place un remède sous forme de "vaccin" pour ces personnes, ce qui pourra traiter tous les types d'herpès, même cérébral sans aucun risque pour la santé.
C'est une question de mois ou d'une année tout au plus (essais cliniques et fabrication en masse)

 

- Je ne comprend rien, j'ai été diagnostiqué positif au HSV1 donc labial mais pas au HSV2 génital et pourtant je fais des poussées au niveau génital ???

 


Vous avez été contaminé initialement dans la région supérieure du corps (HSV1) mais une auto-contamination ou un rapport intime d'une personne HSV1 a fait changer de zone votre virus qui est maintenant aussi dans la partie inférieure du corps, cela arrive souvent. (plus de 30% des cas)

Par contre, il n'existe que peu de cas dans le sens inverse, le HSV2 ne contamine que rarement la partie haute du corps.(moins de 5% des cas)

 

- J'ai l'herpès mais je n'ai jamais eu de poussée de ma vie, pourquoi ?


La première infection (primo-infection) peut passer inaperçue en n'étant qu'une légère poussée et il n'y a parfois aucun symptôme. Si vous n'avez jamais fait de poussée, vous êtes probablement "porteur sain", le virus a été détecté correctement et neutraliser par vos anticorps, vous avez toutes les chances de ne jamais voir de symptômes. Le virus ne pourra pas se réactiver.

 

- Techniquement, comment ai-je pu être contaminée avec l'herpès labial sur le visage ?

 

L'infection de l'herpès labial se fait par contact direct du virus qui atteint le nerf "trijumeau" et la muqueuse oro-pharyngienne ou oculaire (maxillaire, mandibule, pharynx, nerf lingual, nerf ophtalmique) Virus latent sur les ganglions de Gasser.

 

- Je fais bien plus de crises d'herpès quand j'ai mes règles ou que je passe un examen, pourquoi ?


Pour faire simple, afin de survivre face aux défenses immunitaire d'un hôte, le virus de l'herpès doit se faire tout petit dans l'organisme et rester discret. Le stress ou les règles déclenchent chez l'humain une forte libération d'hormones naturelles (corticostéroïdes) qui ont un grand pouvoir anti-inflammatoire et une activité immunosuppressive, ce qui diminuent considérablement les défenses immunitaires et permet ainsi au virus de circuler librement sur le circuit nerveux infecté. C'est aussi pour cette raison qu'une personne atteinte du virus de l'herpès doit éviter, dans la mesure du possible, les traitements anti-inflammatoires comme la cortisone et surtout ne pas les utiliser en cas d'herpès oculaire.

 

- Herpès et zona, un rapport entre eux?

 

Oui, si on veut, c'est la même famille de virus (varicelle) et ils agissent exactement de la même façon, la contamination est identique, la varicelle bien plus par la salive, ils se servent des mêmes zones nerveuses, ils ont la même activité et peuvent se réveiller à tout moment.

 

- Je fais plusieurs crises d'herpès chaque année (environ une par mois). Particularité, il se développe à l'intérieur du nez, jusque très haut dans les narines. Je n'ai jamais pu avoir de traitement approprié, que ce soit lors des crises ou en préventif. J'ai l'impression que cet herpès n'est pas connu (médecins, pharmaciens). Est-ce le même type d'herpès que le labial ? Comment soulager les douleurs ?

Oui c'est le même virus, avec le même traitement sur un coton tige, en attendant le vaccin.

 

- Le virus de l'herpès est-il oncogène ?

Non.

 

 

- J'ai l'herpès type 2, j'ai moins de risque d'avoir le type 1 ?


L'infection par un des virus ne protège pas contre une infection par l'autre, c'est une certitude.


- Est-ce que si ma prise de sang à l'herpès est négative cela signifie que je suis certain d'être non atteint d'aucun type d'herpès ?

Ca dépend des types de prise de sang, chaque virus a sa recherche spécifique et les résultats ne sont pas garantis à 100%. Voir le premier passage plus haut.

 

- L'herpès est-il considéré comme une maladie grave ?

Non. Le plus souvent, c'est une pathologie bénigne mais, certain cas peuvent être mortels, ou un simple herpès peut dégénérer en complications secondaires graves.
 
- Les patchs qui accélèrent la cicatrisation d'une poussée d'herpès labial sont-ils efficaces ?

Ils masquent la lésion et diminuent le risque d'une contamination.

- J'ai eu une dernière poussée d'herpès génital type 1 en 2008 avec un traitement de 5 mois. J'ai refusé un traitement sur le dernier mois de ma grossesse. Je suis prête à accoucher, si je n'ai pas de poussée, y a t-il des risques pour mon bébé ?

Oui très minimes, mais à voir avec l'obstétricien.C'est une recherche à faire une seule fois, lors du travail (avant toute désinfection à la Bétadine ou à la Chlorhexidine), par écouvillonnage après avoir éliminé, à l'aide d'un écouvillon qu'on jette, le bouchon muqueux du canal cervical, un deuxième écouvillon est introduit sur 1 ou 2 cm dans le canal cervical, tourné dans ce canal puis passé à la surface du col utérin, puis exprimé dans un tube de milieu de transport. Un troisième écouvillon est passé sur les faces interne et externe des petites lèvres pour être exprimé dans le même tube que l'écouvillon précédent.

- Testée positive aux deux virus de l'herpès, je n'ai jamais fait de crise au niveau génital pour autant. Lorsque la fatigue arrive et mes ganglions à l'aine gonflent et deviennent douloureux, la poussée se fait au niveau de la bouche. Y a-t-il eu une erreur de diagnostic ou ces deux virus mettent tout en œuvre pour continuer à nous étonner ?

Les prises de sang ne sont pas fiables pour l'herpès. Votre herpès génital me semble incertain ou il est possible qu'il reste inactif sur une longue période, néanmoins, vous n'êtes pas à l'abri de poussées génitales et vous restez contagieuse lors de vos poussées.

- L'herpès génital (s'il apparaît) se manifeste t-il toujours par un ensemble vésicules ou bien peut-il apparaître sous forme d'une cloque ? Le clitoris peut-il être touché ?

Sous formes de bouton unique ou multiples, pustules, lésion et oui, toutes les parties nerveuses peuvent être atteintes.

- Peut-on prendre du Zelitrex pendant des années pour un herpès génital récidivant ? Est-ce que l'homéopathie n'est pas une solution efficace et durable ?

Non, un antiviral n'agit que pendant la phase active du virus, il n'a pas d'effet ou d'action en dehors des crises. Et non pour l'homéopathie, excepté mon remède.

- Herpès et crises d'épilepsie débutée à l'âge adulte, y a t-il un lien ?

Non aucun.

- Peut-on aller à la piscine en pleine poussée d'herpès ?

Oui sans problème, le virus ne résiste pas aux traitements piscine habituels dont le chlore ou bromure, c'est un virus virulent mais très fragile à l'extérieur d'un organisme.

 - Je n'ai eu qu'un seul épisode d'herpès génital à 18 ans. A 32 ans, je suis enceinte. Quel risque pour mon bébé, notamment lors de l'accouchement ?

Risque très faible mais prévenir l'obstétricien.

- Mon médecin m'a dit qu'un traitement le neuvième mois de grossesse ne servira à rien au contraire, il risque de masquer une poussé d'herpès, alors que vous dites vous que ça serait efficace. Je suis perdue.

Les traitements antiviraux en fin de grossesse juste avant l'accouchement sont efficaces pour stopper la réplication en préventif et diminuer le risque de contagion au bébé, c'est un cas exceptionnel ou je suis d'accord, en attendant le vaccin bien entendu.

 - Connait-on des contre-indications ou des effets secondaires au traitement à long terme au Zelitrex ?

Tous les antiviraux ont des effets secondaires qui peuvent être parfois  très graves, voir les effets secondaires en ligne sur ces médicaments.

- Je fais de l'herpès oculaire, quels sont les traitements ?

Collyre + Zelitrex mais suivi ophtalmo indispensable, pas de traitements homéopathiques et surtout jamais de cortisone.

- La contagion se fait-elle uniquement par contact épidermique ?

Oui, je le confirme.

- Sujette à un herpès ophtalmique, dois-je suivre un traitement au long cours afin d'éviter les risques liés aux poussées ?

Oui si les poussées sont fréquentes, c'est indispensable pour ce cas particulier mais j'ai aussi la solution pour éviter la récurrence, me contacter.

- J'ai 2 herpès dans le bas du dos (donc sur la peau, loin de muqueuses) avec des poussées une dizaine de fois par an. De quel type s'agit-il ? Peut-on aller à la piscine en pleine poussée de ce type d'herpès ?

En principe herpès type 2. Piscine sans problème.

- Avoir un herpès labial vous immunise t-il contre l'herpès labial de son conjoint par exemple ?

Non, absolument pas, il peut créer un ou d'autres foyers infectieux sur n'importe quel partie du corps.

- Cela fait un mois que j'ai des boutons sur le vagin. Cela me gratte énormément et je ne sais si c'est de l'herpès ou des mycoses ?

Consultation dermatologue ou gynécologue afin d'avoir un diagnostic, il peut aussi s'agir d'un condylome ou de chlamydia.

- Peut-on attraper un herpès buccal par simple échange de couverts contaminés par de la salive ?

C'est possible, en toute logique, il y a un risque mais cela n'a pas été prouvé.

- L'herpès est-il seulement transmissible par contamination ou également par les gènes, par hérédité ?

Contamination seulement, c'est certain.

- Je fais de l'herpès labial, dois-je prendre des précautions pour ne pas transmettre le virus en changeant la couche de mon bébé ? Est-il possible de transmettre le virus avec la main ?

Oui lavage de mains fréquent souhaité avec un savon désinfectant et protégez vos lésions lors d'une poussée pour éviter qu'il ne touche vos plaies accidentellement.

- J'ai effectué une fellation avec un herpès labial que faire ? La désinfection avec du Diaseptyl® suffit elle ?

Ne recommencez pas, risque de transmission important, la désinfection ne suffit pas.

- Une crise d'herpès dure combien de temps ?

Entre 3 jour et 3 semaines maximum.

- Pourquoi n'y a t-il pas plus de traitement/recherche contre l'herpès ?

Beaucoup de recherches et de nombreux traitements inefficaces à ce jour, quelques tentatives de vaccins ont échouées !

- Lors d'une crise d'herpès labial, je le soigne en le séchant avec de l'alcool ou Hibidil® puis j'applique une pommade telle que Calendula. Cela sert-il à quelque chose ? Le Zovirax® n'ayant plus aucun effet... que puis-je faire ?

En toute modestie, il n'y a que le remède "Herpès Soin" qui donne de vrais résultats.

- Quelles précautions dois-je prendre suite à une fellation avec un herpès labial ? La désinfection est-elle suffisante ? (je ne recommencerais plus !)

La désinfection n'est pas suffisante, surtout si vous avez des aphtes, caries ou lésions sur gencives et l'absorption sublinguale est immédiate par les muqueuses.
 
- Mon père soignait son herpès labial avec de l'argile. Bon traitement ?

Pourquoi pas, cela assèche, mais n'agit pas contre l'herpès.

- Mon fils a fait à 4 ans une stomatite herpétique qui a nécessité une hospitalisation. Il a fait plusieurs récidives importantes. Il a contracté le virus HSV1 et 2. Il a actuellement 17 ans, cela peut-il poser des problèmes pour sa vie sexuelle ?

L'herpès génital constitue en effet une gène pour la vie sexuelle et affective, cela oblige a prendre des précautions lors des rapports intimes.

- Y-a-t-il un lien entre la langue géographique et le virus de l'herpès ?

Non, il est seulement constaté que les pays anglo-saxons sont les plus touchés, puis l'Europe et ensuite à moindre mesure, les autres pays du monde.

- Est-il possible pour un garçon en allant à la selle de contracter un herpès génital par frottement du pénis sur la cuvette après projection d'urine contaminée à cet endroit ?

Par l'urine, aucun risque.

- Les aphtes sont de l'herpès ?

Absolument pas.

- L’insensibilité des lèvres abîmées par l'herpès est-elle irrémédiable ?

Non, les cicatrises se résorbe ou disparaissent après un certain temps sans lésion.

- D'après les réactions et témoignages de personnes sujettes à l'herpès génital, ce virus semble être grave et très handicapant. Faut-il réellement s'inquiéter en cas de contamination ?

C'est une maladie bénigne mais certains cas rares sont dramatiques.(herpès occulaire, viscéral ou cérébral)

 

L'herpès génital peut-il se situer dans la région anale ?

Oui, toutes les zones du corps sont concernées.

- L'herpès labial exclu l'herpès de l'œil, comment se fait-il qu'on peut infecter l’œil avec celui-ci ?

Si vous gratter vos lésions labiales puis votre œil, vous aurez probablement un herpès oculaire, l'herpès oculaire est un herpès particulier mais provient d'un herpès labial.

- J'ai parfois une sensation de fourmillement et brûlures au niveau de la lèvre. Est-ce que cela peut-être une poussée d'herpès labial sans signe type bouton de fièvre ?

Absolument, surtout si c'est régulièrement au même endroit, il n'y a pas obligatoirement de pustules, cela signifie juste que votre virus est plutôt faible, cela peut évoluer, en mieux ou en pire.

- Comment mon fils de 19 ans a t-il pu attraper un herpès à l’œil ? Y a t-il un rapport avec la varicelle qu'il a eu petit ?

C'est à partir d'un herpes labial et pas de lien avec la varicelle qui est pourtant de la même famille de virus.

- Y a t-il un lien entre herpès labial et fibromyalgie ?

Aucun.

- J'ai de l'herpès depuis 40 ans sur les cuisses - environ 7 à 8 poussées par an malgré plusieurs traitements de prévention - de quel herpès s'agit-il puisque il n'en est jamais question ?

C'est une forme d'herpès génital qui est courante.

- J'ai fait, je pense de l'herpès sur la joue, c'est possible, si oui c'est de quel type ?

Oui herpès labial, type 1.

- Il y a 10 ans j'ai eu un herpès génital, aujourd'hui j'ai une SEP. Y-a-t-il un rapport quelconque ?

Non, aucun rapport.

- Les personnes souffrant d'herpès ont-elles tendance à souffrir également d'autres virus ou infections ? Y a-t-il des similitudes constatées ?

Ce sont les infections multiples de l'organisme qui déclenchent les symptômes de l'herpès, lors d'une baisse du système immunitaire, soit pas fatigue, par stress ou par une infection de l'organisme.(grosse opération, cancer, sida, accident grave) ou une simple allergie (pollen, alimentaire, de contact) et pas le contraire. Par contre l'herpès augmente le risque d'infection du SIDA ou de l'hépatite à cause des lésions.

- Qu'est-ce que l'herpès dans le liquide rachidien et comment se contracte t-il ?

Méningite herpétique qui peut-être grave, une cellule virale a suivi le circuit nerveux jusqu'à la moelle épinière, c'est très rare.

- Est-ce qu'on peut faire moins de crise d'herpès en vieillissant ?

Les crises viennent lors d'une faiblesse immunitaire, quel que soit l'âge et l'immunité faiblit avec l'age.

- Ma fille fait des angines herpétiques à répétition est-ce la même chose ?

C'est rare et c'est un forme d'herpès buccal et labial, plus difficile à soigner.

- J'ai un herpès labial, mes enfants auront-ils le virus en eux dès la naissance ? Quelles sont les probabilités de développer un herpès génital ?

Non transmission uniquement par contact direct. L'herpès labial HSV1 peut changer de zone par contact et devenir un herpès génital HSV2, plus rarement dans le sens inverse.

 

- Que faut-il penser de la vaccination anti-variolique pour guérir de l'herpès labial ?

Aucun rapport.

 - J'ai de l'herpès labial et les vésicules restent bloquées sous la peau de la lèvre supérieure, on les voit et elles ne coulent jamais. Ça met plusieurs mois avant de disparaître malgré le traitement. Suis-je contagieuse ? Ma dermatologue est restée très vague à ce sujet là.

Le diagnostic d'herpès n'est pas certain pour une si longue période, la contagion se fait à travers la peau, sans plaie parfois, si la peau est trop épaisse à cet endroit, il est possible que les cellules virales reste bloquées plus longtemps mais je vous recommande un prélèvement par aiguille pour être sûre.

- Ayant eu un herpès buccal pendant ma grossesse, j'ai appliqué la crème antivirale comme d'habitude. Je n'ai pas du tout pensé que certains traitements étaient interdits pendant une grossesse, y a t-il un risque pour le bébé ?

Aucun risque.

- Quand on a eu une méningite virale avec herpès labial, l'herpès peut-il revenir ?

Oui, c'est possible.

- L'herpès labial peut-il se manifester par des aphtes dans la bouche ?

Ce ne sont pas de vrais aphtes, les vrais aphtes ne sont pas herpétiques.

- Mon fils de 7 ans a eu une vingtaine de boutons sur les lèvres, palais, intérieur des joues. 15 jours de souffrance. Il s'agirait d'une primo-infection. Sera t-il plus sujet aux poussées futures, du fait de l'intensité de sa primo infection ?

Il risque de faire un herpes buccal récidivant mais pas forcément fréquent mais il peut aussi voir son virus inactif si son système immunitaire est performant ou si le virus a été reconnu par son organisme.

- Un pantalon trop serré ou certaines matières de sous vêtements peuvent t-ils favoriser une poussée d'herpès génital ?

Non.

- En résumé, pour qu'il y ait contagion, il faut toucher les vésicules et appliquer le liquide sur une autre partie du corps. Est-ce bien cela ?

En un mot, oui.

- Une poussée d'herpès peut-elle avoir une cause allergique ?

Non mais une allergie peut être déclencheur d'une poussée d'herpès.

- Mon mari a parfois des croûtes et petits boutons sous le nez, sans aucune douleur ni fourmillement, pensez-vous qu'il s'agisse d'un herpès labial ?

Oui, si c'est toujours la même zone, mais il vaut mieux faire un prélèvement direct pour confirmer.


- Est-il nécessaire de dormir sans sous-vêtements et de nettoyer les lésions au savon 3 à 4 fois par jour en cas d'herpès génital ?

Lors des crises, il vaut mieux dormir en sous vêtement pour éviter l'auto contamination, se laver régulièrement les mains et éviter de toucher les lésions, c'est très contagieux.

- Sous antiviral de façon permanente, j'ai tout de même des crises en cas de stress ou grosse fatigue, que faire ? Ou puis-je me rendre pour participer à des tests pour de nouveaux traitements ?

Pas de protocole en cours mais je vous avertirais si je finalise mon projet de vaccin.

 

- Les huiles essentielles Ravinsara sont-elles efficaces en début de poussée d'herpès labial ?

A priori non. Pas d'études scientifiques à ce sujet ni de témoignages.

- Quand vous dites un contact direct, est-ce des postillons dans l’œil ou dans la bouche qui peuvent transmettre un herpès ?

Oui, c'est probable si la personne a une poussée d'herpès labial dans la bouche en cours avec lésion.

- Une anesthésie peut-elle provoquer un herpès ? Mon père ressemblait à un véritable canard. Les chirurgiens ont été très choqués.

Oui, par le stress de l'opération en plus de sa pathologie éventuelle.

- Prises de sang Ac anti-HSV1 IgG : CLIA Diasorin négatif 0,1 ; Ac anti-HSV1 IgG : CLIA Diasorin<0,5 et Ac anti-HSV IgM : EIA Biorad<0,8 tous négatif. Suis-je sûr de ne pas être atteint ?

Non, ce n'est pas le virus qui est détecté mais les anticorps, ce n'est pas fiable à 100%, le mieux est une analyse directe par prélèvement si vous avez des lésions. Une prise de sang pour ce virus est une analyse indirecte qui n'a peu d'intérêt en raison de l’apparition tardive des anticorps. Durée moyenne d'activation du virus labial : 48h

Ac IgG +/-IgM présents uniquement pendant les récurrences.

Toutes les personnes qui ont été en contact un jour avec le virus (environ 1/3 de la planète) ont obligatoirement des anticorps de l'herpès, rien ne démontre que ces anticorps sont efficaces ou non, vous pouvez être malade ou "porteuse saine", cela ne prouve rien.

Mais aussi, la sérologie spécifique de HSV-1 ne permet pas d’établir un diagnostic d’infection génitale ancienne à HSV-1.

Une réaction sérologique peut être négative alors que le sujet est atteint d'herpès car 1 à 3 mois sont nécessaires à la séroconversion.



- L'herpès sur certaines parties du corps peut-il ressembler à des plaques ou des petites cloques ou des petits boutons rouges avec démangeaisons ?

Allez voir un dermatologue car cela évoque plutôt un eczéma.

- Étant petite, j'ai déclaré un eczéma sur-infecté. Est-il probable que j'en déclare un autre, sachant que j'ai un eczéma de contact des mains et un herpès de type labial ?

Précautions d'hygiène en cas d'eczéma, éviter le contact entre les lésions herpétiques et ceux de l'eczéma, sous peine de créer de nouveaux foyers infectieux.

- Eczéma et herpès peuvent interagir ? Y a t-il un lien entre eczéma sur-infecté et herpès ?

Oui, précautions d'hygiène à cause du fort risque d'auto-contamination.

- Pourquoi ne parle-t-on que de l'herpès labial et génital ? J'en ai sur le bas du dos et les fesses, mais ce type d'herpès n'est jamais évoqué. Quel est le virus ?

Sur le dos et les fesses, un herpes type 2, il s'agit d'une forme très fréquente.

- Un herpès génital m'a été diagnostiqué il y a 10 ans (primo infection). L'herpès génital peut-il avoir des conséquences sur la santé (exemple prédisposition au cancer du col de l'utérus, ou autre...)

Non, pas de prédisposition démontrée, contrairement au condylome ou au chlamydia.

- Y a t-il un lien connu entre début d'épilepsie tardive chez l'adulte et herpès ?

Aucun.
  
- Je souffre de poussées d'herpès depuis mon enfance, depuis 2 ans j'utilise avec succès de l'huile essentielle de Tea Tree dès les premiers symptômes, pourrait-on utiliser ce type de produit en traitement de fond ?

Si cela marche pour vous, continuez mais ce n'est pas un traitement de fond.

- Pour en finir avec un herpès labial, ne peut-on rechercher le ganglion réservoir et en faire l'exérèse ?

Malheureusement non ! Il faudrait supprimer toute la zone nerveuse concernée et ainsi causée des séquelles irrémédiables, c'est impossible.

- Peut-on percer un bouton de fièvre lors de son apparition ou le laisser tel quel ?

Ne pas toucher ! Risque d'inoculation plus important à d'autres localisations.

- Pourquoi dites-vous que l'homéopathie n'est pas efficace alors que ca marche assez souvent quand c'est pris au début (vaccinotoxinum en dose ) et que c'est mieux que rien quand on ne supporte pas le traitement de fond.

Homéopathie : si cela marche sur vous, tant mieux, continuez.

- A part le visage, l'herpès de type 1 peut-il se situer sur d'autres parties du corps, comme les doigts ?

Oui, mais dans une forme plus bénigne, le virus type 1 change de zone facilement mais il ne migre pas, c'est une nouvelle infection sur une nouvelle zone.

- Faut-il intervenir de suite avec un soin ou vaut-il mieux ne rien faire et attendre que ça passe ?

Le traitement local doit être fait le plus tôt possible, avant les vésicules, c'est la meilleure méthode.

- L'herpès a-t-il toujours la forme de bouton de fièvre ? Si non à quoi peut-il ressembler ?

Non, parfois une simple rougeur, parfois une sensation de brûlure sans vésicules.

- Dans le style de l'argile, j'avais entendu dire que la pierre d'alun avait un pouvoir. Savez vous lequel ?

Non, rien de prouver à ce jour et la pierre d'Alun, c'est du sel.

- Quels sont au juste les risques qu'encourt le nouveau né en cas de transmission lors de l'accouchement ?

Un risque d'herpes néonatal 1 sur 10 000 nouveau nés (encéphalite)

- Y a-t-il une possible réduction de l'efficacité du traitement au Zelitrex lorsque celui-ci est pris en traitement longue durée ?

Si c'était vraiment efficace, cela se saurait depuis longtemps, un antiviral qui agit à long terme en prévention, cela n'existe pas.

- J'ai des poussées d'herpès labial environ tous les 2 mois. Est-il possible d'avoir un traitement sur la durée, et celui ci serait-il remboursé ? Qui aller voir pour cela, le généraliste peut-il en prescrire ?

Oui si plus de 6 poussées par an, vous êtes remboursé, voyez votre généraliste mais personne au monde n'a prouvé l'efficacité d'un traitement préventif.

- L'application d'un glaçon sur le bouton dès son apparition peut-elle supprimer son évolution ?

A mon avis non mais cela ne fait pas de mal d'essayer.

- J'ai lu que le virus était détruit par la chaleur. Est-ce vrai et à quelle température ? J'applique un coton d'eau très chaude dès les premiers signes, ce qui semble fonctionner.

Il faudrait une forte température sur un temps prolongé pour détruire le virus: impossible à appliquer sur la peau sans causer de réels dommages.

- Peut-on allaiter, lorsqu'on prend du Zelitrex ?

Oui, sans problème.

 - Mon herpès labial se déclenche plusieurs fois par an durant les saisons froides (sous les tropiques durant 18 ans, je n'ai eu aucune éruption). Vous n'avez pas évoqué les  traitements homéopathiques Natrum muriaticum ou vaccinotoxinum : pourquoi ?

Si c'était efficace, le problème serait réglè pour tout le monde, hors je ne connais personne chez qui cela fonctionne réellement.

- Peut-on être contaminé par une crème protectrice ou un rouge à lèvres sachant que cette même crème a été au contact d'un herpès buccal.

Oui bien entendu, le risque existe si la personne contaminée vient de s'en servir.

- Comment agir en prévention suite à une fellation avec un herpès labial ?

Pas de prévention possible.

- Comme pour la crème protectrice, peut-on être contaminé si on boit dans le même verre ou à la bouteille à partir du moment où l'objet a été au contact d'un bouton de fièvre ?

Oui, si le contact est récent.

- Comment se transmet un herpès oculaire et comment l'attrape-t-on ?

Par contamination directe, le plus souvent par les doigts.

- En période de grand stress, j’ai constamment de l’herpès. Y a-t-il un traitement de fond pour contrôler cette poussée ?
   

Gérez le stress, ce n'est pas facile parfois, mais il n'y a pas mieux comme méthode. Les statistiques démontrent que la récurrence est présente chez toutes les personnes anxieuses.
  

True answers to your questions about the Herpes:

 

 

I understand your concerns if you are reached herpes and I also know that you are disappointed by all contradictions which can be written on Internet for this virus or the absence of information of your doctor.
You must know that there is not specific training of the herpes at the medical school, only the doctors directed towards the infectious diseases fly over this complicated pathology quickly, they become then “professors of medicine” and you will probably never meet them.
Do not want any with your general doctor or to your dermatologist or to your gynaecologist, without speaking of “plot”, a certain “pharmaceutical lobbying” does all so that this situation continues eternally.
Do not believe too much the Net surfers or certain “pseudo-medical” sites which believe it whereas many scientific studies have difficulty finding the parade against this virus and really do not know it.


In what follows, I will give you essential information to better know this virus and his operation as well as the best method to fight it.
You are not obliged to believe me but I want just to help my next, with love and compassion, my best wishes, to eradicate this virus of planet.
That can appear pretentious to you but I am rather obstinate and I hope to arrive there a day.
You help me there by visiting my site, or by leaving a message of encouragement on the last page of the site, or by ordering my remedy so that I can note on thousands of people the performance of my remedy and guarantee his effectiveness on all the possible cases (statistical personal) Here an essential summary then your usual questions:




The virus of the herpes exists since several million years, well before the appearance of the man, one finds it in various forms on other mammals, batrachians and shellfish, on the elephants, until in oysters, one found antibodies of herpes on mammoths frozen in Siberia.


The word “herpes” comes from the Greek and means: “to crawl like a snake”


In scientific terms, the viruses of the herpes have certain characters in common. They are viruses with DNA of high molecular weight (150 to 230,000 pairs of bases), thus coding a large number of proteins (a hundred). They have an icosahedral capsid made on the same model (162 capsomères, as an indication). They have a péplos or wraps, derived from the nuclear membrane.


Indeed, the packaging of the viral DNA inside the capsid is done in the core, then the virus leaves the core by budding of the nuclear membrane; the acquisition of the final envelope is done by budding of the membrane of the device of Golgi, modified by the addition of glycoprotéines viral. The ECP of the viruses herpes, when there exists (HSV, VZV, MVC), thus consists mainly of modifications of the core, with nuclear inclusion.


At the molecular level the réplicationdes Herpes viridae” comprises three phases: “very early” with protein activatrices synthesis; “early” with enzymatic protein synthesis of which a DNA viral polymerase; and “late” with synthesis of the proteinic components of the capsid and the glycoprotéines of envelopes. The replication of the viral DNA separates the early and late phases.


To make simple and that it is accessible for all, out of an organization, the virus is appeared as an envelope made up of small spirals and a core. This stage, the virus is inert, without any activity. It is very fragile and resists only little of time the free air (less than 30 minutes) the skin is a good protection for our body but it is semipermeable, water, oil, the too large microbes and most virus cannot pass this barrier but the virus of the herpes, smaller than the human cells, can penetrate through, particularly by its weak points, the mucous membranes (lips and genitals) and the eyes.


The virus of the herpes is programmed to attack only the nervous cells of our organization, to avoid confrontation with our immune system and our antibodies, very many in our blood circuit. The thousand-year-old evolution of the virus of the herpes also enabled him to be programmed to avoid a “mutual” destruction with its host, the virus does not degrade any body and does not multiply inside the body as most virus, it can have there sometimes degradation by the herpetic lesions but it is not that a secondary opportunist cause of infection of the herpes.


The contamination by the viral cell is done most of the time by a direct contact, normally these viruses are easy targets for our defenses but they are devoted to counter our protections, either “passively” by “camouflage” by integrating the DNA of the contaminated cell quickly, or “actively” by “sabotage” with lures, thanks to genes taken with the nervous cell by “genic piracy”.


The virus becomes active then, the people having a good immune system at the time of the first infection can fight the aggression with a fast manufacturing of specific antibodies which will neutralize the virus and will prevent any displacement of this one, the virus will remain inactive and definitively blocked in the organization, the antibodies being regenerated automatically in the presence of the virus, the virus will be always present but will never give symptoms, the people will be “carrying healthy”, noncontaminant. (90° of contaminated)


For the 10% remainders, the virus will have time to integrate the nervous cell which it will leave never again, it will be able to move along nervous fibres in all impunity to carry out its cycle of reproduction, integrated to the DNA of the cell, it is undetectable for immunizing defenses.


This single virus will circulate only on the nervous circuit which it infected, it does not migrate in all the body and the bodies, its territory is delimited between the cells of the skin of the primary infection and its nervous seat, the sensitive ganglia. The ganglion crowned in bottom of the spinal column for the genital herpes (HSV2) and the ganglion of Gasser for the labial herpes, on the level of Trigeminal nerve (HSV1) In general, the virus of labial herpes (HSV1) relates to all the symptoms with the top of the belt and the virus of genital herpes (HSV2) relates to all that is below the belt. In certain rare cases or of self-contamination, the territory can be differ and the virus can also pass this barrier to infect the cerebral nervous area.


Blood testings are not reliable, it exists false-positives or negative, the virus of the herpes does not circulate in blood, it has only antibodies there, even for the “healthy carriers” which however are not sick, the only reliable method is a direct taking away on a herpetic lesion by cleaning and culture in laboratory.


Once the virus installed well, it becomes constituent of our organization, with life and there is a “latent infection”.


There does not exist any means of finding the virus in the body, even with an autopsy.


There are several criteria or factors starting so that the virus passes from the phase “inactive” (99° of time) to the “active” phase with external or internal symptoms.  The first criterion being by far an immunizing weakness, which makes it possible the virus to freely move without risk to be intercepted in way, the 2nd known and frequent criterion, it is a nervous problem, tires or important stress, emotional shock, accident or heavy operation. 3rd being female menstruations. There are then factors like the too strong exposure to the sun, the catch of heavy drugs or antidepressants, alcohol with strong amount, certain food strong in Arginine, another chronic pathology and other factors minus releases or less known.


Because of these reasons which weakens the organization, the virus awakes and moves to the terminal of the infected nervous system, on the level of the skin, and will duplicate a few tens of viral cells under the skin, which will bring in a few hours a “ballonisation”, in the form of button or together of pustules, then the virus turns over quickly on its nervous seat not to be to detect. The duplicated viral cells having the DNA of a nervous cell, the immune system cannot fight its own cells, the duplicated viral cells are not yet viruses but will become it in contact with a host or by self-contamination of another nervous zone of the body. The blisters are very contagious, the lesion which follows the end of the ballonisation a little less, the crusts a little less also but are contagious also. The end of the contamination is confirmed only by the cicatrization, the contamination is not possible that during the pushes by these external symptoms.


There exists a typical case, the virus remains blocked on its seat because of a failing nervous cell, that locally causes a more or less important nervous ignition, which results in painful nervous feelings (swarming, electric shocks, burns, sometimes urinary blocking or temporary paralysis) the contamination is not possible but the symptoms can persist several weeks, it is the “herpetic neuralgia”.


The current treatments are the antiviral ones. Under form of pomade antiviral, it there has no study serious which showed a real effectiveness, which is confirmed on the ground, not notorious improvement. The antiviral oral examinations have for single role to decrease the viral load, they do not have an effect on the reduction of the recurrence or on the virus itself, they can sometimes decrease the duration of the episode and the pains but in front of a large immunizing weakness, it was shown a resistance or a change of the virus which becomes more aggressive. There is a significant result if the treatment is taken as of the primary symptoms with the good proportioning but there is a noted effect of resistance to the treatment in the event of prolonged catch (more than 5 days)


Many people during decades very tried to get rid of the symptoms, like applying concentrated oils, aggressive products, seeing acid, which does nothing but weaken the zone and facilitating work for the virus, others tried the ablation of the affected area (circumcision for example) but the virus is present on zone only a few hours and it reconsiders another termination of the nervous circuit concerned if the zone of the skin were burned or removed. There are many “receipts” to relieve or camouflage the symptoms but anything to tackle the virus itself or to decrease the recurrence.


There however exists since centuries of the plants which showed a power on the viruses, by way oral or dermatological, there was enough to find those which act effectively on this particular virus which is the herpes, to combine them well and to proportion them well in order to multiply their power.


It is my remedy “Herpes Care”, the best care which exists to awake the immune system locally, to weaken the virus and to destabilize its camouflage, to oblige it to remain sufficiently on the spot by slowing down it by “anaesthesia” so that the antibodies have time to detect it and to manufacture a good defense to neutralize the virus. Herpes Care voluntarily will not destroy the virus of the herpes completely, there will oblige it to remain folded up on its basis so that the organization can continuously manufacture new antibodies in the presence of the intruder (every approximately 6 months) and thus allow an immunity final against all new infection of the virus (intern or external), it is a dermatological final vaccine without danger nor harmful side-effects for health.

Used on a primary infection, it prevented really and immediately the disease and the recurrence, like a cutaneous vaccine.


The formulation of “Herpes Care” “is protected”, it understands extracts of the root of bistorte particularly rich in compounds polyphenolic.


In our solution, their roles is multiple:


As astringent, they will support the cicatrization of the button of herpes. Moreover, the reduction of the pressure on the nervous terminations will induce a reduction in the pain felt locally.


As a bactericidal disinfectant, they will prevent the superinfection of the herpetic lesions.


Like anti-inflammatory drug, they will take part in the reconstruction of fabrics.


However the most significant action is found on the level of its antiviral properties. Recent theses deciphered the mode of action of the virus of the herpes. To multiply the virus must obligatorily penetrate in the cells for then gaining the core where it will construct the whole of its reproductive process. It is also known that at the moment even where it penetrates the cell, this one is irremediably damaged. This stage, the antiviral molecules of the Acyclovir type cannot act yet; not more than they will be able it during the penetration of this virus in the core. Acyclovir intervenes only at the stage of the attempt at synthesis of the viral DNA, but does not avoid the cellular carnage which precedes. However, it was proven that the polyphenols contained in these extracts of plants prevent the penetration of the virus in the cell: they act before the cellular damage.


This is why the topic “Herpes Care”, intended to fight the crises of herpes, must be applied as of the first tinglings.


YOUR QUESTIONS:



- Is the herpes a recent disease, am I positive HSV2 following a control MST and didn't I know what it was and one never hears any spoken?

Not, the virus of the herpes probably exists since million years, well before the existence of the man on ground. The scientific evidence is results of analyses on found mammoths preserved well in the ice in Siberia which show that the herpes existed well at that time, one finds the virus in the primates but especially in the watery species and, more astonishing, even in oysters.
If one does not speak little about it, it is because it is a disease known as “ashamed”, like syphilis, nobody does not like to reveal this kind of information under penalty of being put at the variation like pestiferous, it is often the case, it is more acceptable to say for example “I have a button of fever”, so much so that many people are persuaded that comes from the fever and do not know the labial herpes and the significant risk of contagion.
It is not a fatal disease for the doctors, it is thus not a priority for the medical environment which in the car an important benefit, however there exist serious forms, invalidating and lethal sometimes.

 

- Was I the object of a transfusion of blood following an operation, how to know if I caught the herpes, the doctor told me that is not searched as for the AIDS, syphilis, hepatitis and paludism?

You cannot catch the herpes by a transfusion of blood.
Here the operation of the virus of the herpes.
It is not present in blood, it cannot the being under penalty of being destroyed by your immunizing defenses.
The virus of the herpes contaminates you by direct contact on the skin or the mucous membranes. The skin being semipermeable, does not let pass water but the virus of the herpes can it. It then will penetrate the skin to the derm or it will cling to a nervous cell. If there are several viruses, several nervous cells will be touched. It does not penetrate in the cells of the organization as most virus, it clings on the cell to become undetectable with your defenses, it is assimilated to the DNA of the nervous cell. It makes use then of the nervous circuit infected to reach its new base of fold, the ganglia of Gasser (labial herpes) or ganglia crowned (genital herpes), it will not migrate, it will remain definitively on the infected nervous tree and will move with each fall of your nervous system or your immune system (disease, accident, stress, allergy, etc…) to turn over on the place of the infection on the skin. It will manufacture several tens of viral cells (a large button for a virus) a group of pustules for several nervous cells reached, and thus it will be able to contaminate a new host or you auto--contaminate. It will never pass by the blood system, it will pass by the nervous circuit which is independent, your immune system will never find it and will not be able to destroy it. When it moves to be duplicated, it is the active phase of the virus, which lasts 12 at 24:00, then it turns over in latent phase for one long period. During this time, the viral cells in the pustules passes gently through the skin or by the lesions if you scraped yourselves those, you can contaminated during several days, until complete resorption of the buttons or pustules, up to 15 days sometimes.

 

- Can an antiviral treatment cure me and which is the best?

Not, with certainty, the antiviral ones have only little action on the herpes. An antiviral treatment is not conceived to tackle and destroy the viruses nor to weaken it, even less to avoid the pushes of herpes. The action of antiviral is to slow down the replication of the virus, it is not the same thing, and still, there is no serious test or study which confirms the effectiveness of antiviral, only the undesirable effects are well-known. I am not against the drugs but to prescribe the antiviral ones on long run is dangerous, certain doctors to get rid of their patient for whom they can nothing make prescribe this kind of useless treatment. The antiviral one acts ONLY DURING the active phase of the virus of the herpes, which lasts of the maximum beginning of the symptoms with 48h, it is not logical to prescribe it apart from this active phase, except wanting to oblige the virus has to transfer and become even more resistant (proven by American and French studies)
When with best antiviral on the market, do they have all the same basic molecule, only the name changes and if antiviral were effective, since tens of years that they are marketed, would that be known not?

- And remedies of “grandmother” to cure the herpes?

There does not exist unfortunately any remedy of grandmother who cures the herpes. Some can relieve to see making disappear more quickly the pushes, I do not doubt it, the problem it is right which that does not act on the virus, just on the cicatrization or the symptoms, none of these remedies tackle the virus or neutralizes it, I have even several testimonies which explain why to have to use this kind of care has to block the virus indeed but that this one has to create as a result an ignition on the basis of virus (crowned ganglia) by giving strong pains, feelings of burns on all the body, paralysis of the lower extremities, urinary blocking with installation of a probe, exceptional crisis but which lasts between 2 and 6 weeks. Personally, I do not advise it. Idem for the homeopathic remedies which can only camouflage the symptoms. As I like to say it, if it really went, that would know myself, unfortunately on the Net there is all and anything as solution and that discourages even more the people unweaves some who cannot any more what make.

- Is your remedy it what exactly?

My remedy starts the apocalypse for this virus which is camouflaged so many immunizing defenses, it will prevent the essential phase of duplication and the contamination, the remedy will weaken viral cells which will be more easily detected by antibodies and could be to neutralize long-term.

With an alcohol base not modified (without additive nor camphor to avoid the risks of allergy) in order to preserve the vegetable extracts, to dilute these extracts, to allow a fast penetration of the extracts while anaesthetizing the viral cells.
With natural vegetable extracts (description on the site) which has been recognized for two centuries for their strong antiviral power, disinfecting and healing, active ingredients which will penetrate the skin to the derm in order to reach the viral cells.
These actions go obliged the organization to intervene on this intrusion by creating a more or less important immune reaction which will discover then the presence of strongly weakened viral cells or will destroy, natural defense of the organization which will be able to create antibodies to fight the recognized virus, obliging it to take refuge on its basis or by destroying it completely.
At the time of a possible last attempt of the virus (residual push) to carry out its cycle of reproduction, the virus will then meet these new antibodies which will be able, either to destroy it, or to oblige it to turn over to take refuge on its basis if they are not yet powerful on a tough virus.
The fact of tackling the virus will prevent it from carrying out this essential cycle of reproduction and it still does not finish capitulating.
The results are random, only one application for the simple cases, two to three applications for the more complicated cases (stock resistant, old virus, multiple hearths, great immunizing weakness) but the final one is that the virus or the recurrence disappears whatever the typical case.
During this treatment with the remedy, if the application is made with the whole beginning of the primary symptoms, there is no crisis, not buttons neither pustules, not of pain nor wound, therefore not of possible contamination by the virus.
More need for other treatments, drugs, patch, pomades, useless consultations.
A few euros for the stop of the pains (in 15mn) end of the herpetic wounds, fast cicatrization of the pushes in progress (48h), more contamination nor self-contamination, the principal advantage to see disappearing the recurrence and to become “healthy carrier at least”, without risk of repetition (30 years of retreat)

And for can't the people reached of ocular herpes or of the oral cavity, one use your remedy?

Not, indeed, the alcohol and the extracts of plants are well too powerful, they could create burns or serious lesions on the cornea and in the mouth, they would be diluted by saliva. Therefore I set up a remedy in the form of “vaccine” for these people, which will be able to treat all the types of herpes, even cerebral without any health hazard.
It is a question of month or one year at most (clinical trials and mass production)

 

- Don't I understand anything, was I diagnosed positive with the HSV1 thus labial but not with the genital HSV2 and yet do I make pushes at the genital level???

 


You were contaminated initially in the higher area of body (HSV1) but a self-contamination or an intimate report of a person HSV1 made change zone your virus which is now also in the lower part of the body, that often arrives. (more than 30% of the cases)

On the other hand, there exists only little of case in the opposite direction, the HSV2 contaminates only seldom the high part of the body. (less than 5% of the cases)

 

- Do I have the herpes but did I never of push of my life, why?


The first infection (primary infection) can pass unperceived while being only one light pushed and there is sometimes no symptom. If you never made of push, you are probably “healthy carrier”, the virus was detected correctly and to neutralize by your antibodies, you have all the chances never not to see symptoms. The virus will not be able to be reactivated.

 

- Technically, how could I be contaminated with the labial herpes on the face?

 

The infection of the labial herpes is done by direct contact of the virus which reaches the nerve “trigeminal nerve” and the mucous membrane oro-pharyngienne or eyepiece (jawbone, mandible, pharynx, lingual nerve, ophthalmic nerve) latent Virus on the ganglia of Gasser.

 

- Do I make much more crises of herpes when I have my rules or than do I pass an examination, why?


To make simple, in order to survive vis-a-vis defenses immunizing of a host, the virus of the herpes must be done very small in the organization and remain discrete. The stress or the rules starts at human strong release of natural hormones (corticosteroids) which have a great power anti-inflammatory drug and an immunosuppressive activity, which decrease immunizing defenses considerably and thus makes it possible the virus to freely circulate on the infected nervous circuit. It is as for this reason as a person reached of the virus of the herpes must avoid, as far as possible, the anti-inflammatory drugs treatments like cortisone and especially not to use them in the event of ocular herpes.

 

- Herpes and shingles, a relationship between them?

 

Yes, if one wants, it is the same family of virus (chicken pox) and they act exactly in the same way, the contamination is identical, chicken pox much more by saliva, they make use of the same nervous zones, they have the same activity and can awake constantly.

 

- I make several crises of herpes each year (approximately one per month). Characteristic, it develops inside the nose, until very high in the nostrils. I never could have adapted treatment, whether it is at the time of the crises or into preventive. I have the feeling which this herpes is not known (doctors, pharmacists). Is this the same type of herpes as the labial one? How to relieve the pains?

Yes it is the same virus, with the same treatment on a cotton stem, while waiting for the vaccine.

 

- Is the virus of the herpes oncogene?

Not.

 

 

- Do I have the standard herpes 2, I have less risk to have type 1?


The infection by one of the viruses does not protect from an infection by the other, it is a certainty.


- Does that if my blood test with the herpes is negative mean that I am certain to be unfulfilled of any type of herpes?

That depends on the types of blood test, each virus has its specific research and the results are not guaranteed to 100%. See the first higher passage.

 

- Is the herpes regarded as a serious disease?

Not. Generally, it is a benign pathology but, certain case can be mortals, or a simple herpes can degenerate into serious secondary complications.
 
- The patchs which accelerate are the cicatrization of a push of labial herpes effective?

They mask the lesion and decrease the risk of a contamination.

- I had a last push of standard genital herpes 1 in 2008 with a 5 months treatment. I refused a treatment over the last month of my pregnancy. I am it ready to be confined, if I do not have push, there has T risks for my baby?

Yes very tiny, but to see with the obstetrician. It is a research to be made only once, during work (before any disinfection in Bétadine or Chlorhexidine), by cleaning after having eliminated, using a flue brush which one throws, the mucous stopper of the cervical channel, a second flue brush is introduced on 1 or 2 cm into the cervical channel, turned in this channel then passed on the surface of the uterine collar, then expressed in a tube of medium of transport. A third flue brush passed on the faces internal and external of the small lips to be expressed in the same tube as the previous flue brush.

- Tested positive with the two viruses of the herpes, I never made crisis at the genital level for as much. When tiredness arrives and my ganglia with the groin inflate and become painful, the push is done on the level of the mouth. There did it have an error of diagnosis or do these two viruses put all works about it to continue to astonish us?

The blood tests are not reliable for the herpes. Your genital herpes seems to me dubious or it is possible that there remains inactive over one long period, nevertheless, you are not safe from genital pushes and you remain contagious at the time of your pushes.

- Does the genital herpes (if it appears) always appear T it by a blisters unit or can it appear in the form of a blister? Can the clitoris be touched?

In the forms of single button or multiples, pustules, lesion and yes, all the nervous parts can be reached.

- Can one take of Zelitrex during years for a genital herpes repeating? Isn't homeopathy an effective and durable solution?

Not, antiviral acts only during the active phase of the virus, it does not have an effect or of action apart from the crises. And not for homeopathy, except my remedy.

- Herpes and epileptic fits begun at the adulthood, does it have T there a link?

Not none.

- Can one go to the swimming pool in full push of herpes?

Yes without problem, the virus does not resist the usual swimming pool treatments whose chlorine or bromide, it is a virulent but very fragile virus outside an organization.

 - I had one episode of genital herpes at 18 years. At 32 years, I am pregnant. Which risk for my baby, in particular during the childbirth?

Very weak risk but to warn the obstetrician.

- My doctor told me that a treatment the ninth month of pregnancy will not be used for nothing on the contrary, it is likely to mask thorough herpes, whereas you say that would be effective. I am lost.

The antiviral treatments at the end of the pregnancy right before the childbirth is effective to stop the replication into preventive and to decrease the risk of contagion to the baby, it is an exceptional case or I am of agreement, while waiting for the vaccine of course.

 - Does one know counter-indications or side-effects with the long-term treatment Zelitrex?

All the antiviral ones have side-effects which can be sometimes very serious, online seeing the side-effects on these drugs.

- Do I make ocular herpes, which are the treatments?

Eye lotion + Zelitrex but followed essential ophthalmologist, not of homeopathic treatments and especially never of cortisone.

- Is the contagion done only by épidermique contact?

Yes, I confirm it.

- Prone to an ophthalmic herpes, do I have to follow a treatment to the long course in order to avoid the risks related to the pushes?

Yes if the pushes are frequent, it is essential for this typical case but I have also the solution to avoid the recurrence, to contact me.

- I have 2 herpeses in the bottom of the back (thus on the skin, far from mucous membranes) with pushes about ten times a year. About which type is it? Can one go to the swimming pool in full push of this kind of herpes?

In theory standard herpes 2. Swimming pool without problem.

- To have a labial herpes does it immunize you T against the labial herpes of joint sound for example?

Not, absolutely not, it can create one or other infectious hearths on any part of the body.

- That makes one month that I have buttons on the vagina. Does that scrape me enormously and don't I know if it is herpes or mycoses?

Consultation dermatologist or gynaecologist in order to have a diagnosis, it can also act of a condylome or chlamydia.

- Can one catch an oral herpes by simple exchange of covers contaminated by saliva?

It is possible, in all logic, there is a risk but that was not proven.

- Is the herpes only transmissible by contamination or also by genes, by heredity?

Contamination only, it is certain.

- I make labial herpes, do I do have to take precautions not to transmit the virus by changing the layer of my baby? Is it possible to transmit the virus with the hand?

Yes frequent washing of hands wished with a disinfecting soap and protect your lesions at the time of a push to prevent that it does not touch your wounds accidentally.

- Did I carry out a fellatio with a labial herpes that to make? Is disinfection with of Diaseptyl® enough it?

Do not start again, important transmission risk, disinfection is not enough.

- Does a crisis of herpes last how long?

Between 3 day and 3 weeks maximum.

- Why there doesn't it have T not more treatment/searches against the herpes?

Many research and many ineffective treatments to date, some attempts at vaccines failed!

- At the time of a crisis of labial herpes, I look after it by drying it with alcohol or Hibidil® then I apply a pomade such as Calendula. Is that used for something? Zovirax® not having more any effect… that can I make?

In all modesty, there is only the remedy “Herpes Care” which gives true results.

- Which precautions do I have to take following a fellatio with a labial herpes? Is disinfection sufficient? (I would not start again any more!)

Disinfection is not sufficient, especially if you have mouth ulcers, decays or lesions on gums and sublingual absorption is immediate by the mucous membranes.
 
- My father looked after his labial herpes with clay. Good treatment?

Why not, that drains, but does not act against the herpes.

- My son made at 4 years a herpetic stomatitis which required a hospitalization. He made several important repetitions. He contracted virus HSV1 and 2. It currently 17 years old, that is he can pose problems for his sex life?

The genital herpes indeed constitutes a gene for the sex life and emotional, that obliges has to take precautions at the time as of intimate reports.

- Y-a it a link between the geographical language and the virus of the herpes?

Not, it is only noted that the Anglo-Saxon countries are affected, then Europe and then with less measurement, the other countries of the world.

- Is it possible for a boy while going to the saddle to contract a genital herpes by friction of the penis on the basin after projection of urine contaminated at this place?

By the urine, any risk.

- Are the mouth ulcers herpes?

Absolutely not.

- Is the insensitivity of the lips damaged by the herpes irremediable?

Not, heal them reabsorbs or disappear after a certain time without lesion.

- According to the reactions and testimonies of people prone to the genital herpes, this virus seems to be serious and very handicapping. Is it really necessary to worry in the event of contamination?

It is a minor illness but certain rare cases are dramatic. (herpes occulaire, visceral or cerebral)

 

Can the genital herpes be in the anal area?

Yes, all the zones of the body are concerned.

- Is the labial herpes excluded the herpes from the eye, how made that one can infect the eye with this one?

If you to scrape your labial lesions then your eye, you will probably have an ocular herpes, the ocular herpes is a particular herpes but comes from a labial herpes.

- I have sometimes a feeling of swarming and burns on the level of the lip. That perhaps a push of labial herpes without standard sign button of fever?

Absolutely, especially if it is regularly at the same place, there are no obligatorily pustules, that just means that your virus is rather weak, that can evolve, in better or worse.

- How my 19 year old son have T does which been able to catch a herpes with the eye? Y does it have T a relationship with chicken pox which it had small?

It is starting from a labial herpes and not link with chicken pox which is however of the same family of virus.

- Y does it have T a link between labial herpes and fibromyalgia?

None.

- I had herpes for 40 years on the thighs - approximately 7 to 8 pushes a year in spite of several treatments of prevention - about which herpes has it is since it is never question?

It is a form of genital herpes which is current.

- I made, I think of the herpes on the cheek, it is possible, so yes it is of which type?

Yes labial herpes, type 1.

- 10 years ago I had a genital herpes, today I have a SEP. Y-a it an unspecified report?

Not, no report.

- Do the people suffering from herpes tend to also suffer from other viruses or infections? Are there noted similarities?

In fact the multiple infections of the organization start the symptoms of the herpes, during a fall of the immune system, that is to say tiredness, by stress or an infection of the organization. (large operation, cancer, AIDS, serious accident) or a simple allergy (pollen, food, of contact) and not opposite. On the other hand the herpes increases the risk of infection of the AIDS or hepatitis because of lesions.

- What the herpes in the rachidian liquid and how does it contract T?

Herpetic meningitis which perhaps serious, a viral cell followed the nervous circuit to the spinal-cord, it is very rare.

- Can one make less crisis of herpes into growing old?

The crises come at the time of an immunizing weakness, whatever the age and immunity weakens with the years.

- Does my daughter make herpetic anginas with repetition is the same thing?

It is rare and it is a form of oral and labial herpes, more difficult to look after.

- I do my children have a labial herpes, will have the virus in them as of the birth? Which are the probabilities of developing a genital herpes?

Not transmission only by direct contact. Labial herpes HSV1 can change zone by contact and become a genital herpes HSV2, more rarely in the opposite direction.

 

- What is necessary to think of antivariolar vaccination to cure labial herpes?

No report.

 - I have labial herpes and the blisters remain blocked under the skin of the upper lip, they are seen and they never run. That spends several months before disappearing in spite of the treatment. Am I contagious? My dermatologist remained very vague on this subject there.

The diagnosis of herpes is not certain for if long period, the contagion is made through the skin, without wound sometimes, if the skin is too thick at this place, it is possible that the viral cells remains blocked longer but I recommend a taking away by needle to you to be sure.

- Having had an oral herpes during my pregnancy, I applied the antiviral cream as usual. I didn't it think at all that certain treatments were prohibited during a pregnancy, there has T a risk for the baby?

No risk.

- When one did it have a viral meningitis with labial herpes, the herpes can return?

Yes, c'est possible.

- Can the labial herpes appear by mouth ulcers in the mouth?

They are not true mouth ulcers, the true mouth ulcers are not herpetic.

- My 7 year old son had about twenty buttons on the lips, palace, interior of the cheeks. 15 days of suffering. It would be about a primary infection. Will it be T more prone to the future pushes, because of intensity of its firstly infection?

It is likely to make an oral herpes repeating but not inevitably frequent but it can also see its inactive virus if its immune system is powerful or if the virus were recognized by its organization.

- Too tight trousers or certain matters of under clothing can they T support a push of genital herpes?

Not.

- In short, so that there is contagion, it is necessary to touch the blisters and to apply the liquid to another part of the body. Is this well that?

In a word, yes.

- Can a push of herpes have an allergic cause?

Not but an allergy can be release of a push of herpes.

- My husband have sometimes crusts and small buttons under the nose, without any pain nor swarming, does you do think that it is about a labial herpes?

Yes, if it is always the same zone, but it is to better do a direct taking away to confirm.


- Is it necessary to sleep without underwear and to clean the lesions with soap 3 to 4 times per day in the event of genital herpes?

At the time as of crises, it is to better sleep under clothing to avoid the car contamination, to wash the hands regularly and to avoid touching the lesions, it is very contagious.

- Under antiviral in a permanent way, do I have all the same crises in the event of stress or large tiredness, that to make? Or can I go to take part in tests for new treatments?

Pas de protocol in progress but I would inform you if I finalize my project of vaccine.

 

- Are essential oils Ravinsara effective at the beginning of pushed labial herpes?

A priori not. No scientific studies on this subject nor of testimonies.

- When do you say a direct contact, this is postilions in the eye or the mouth which can transmit a herpes?

Yes, it is probable if the person has a push of labial herpes in the mouth in progress with lesion.

- Can an anaesthesia cause a herpes? My father resembled a genuine duck. The surgeons were very shocked.

Yes, by the stress of the operation besides its possible pathology.

- Blood tests ac anti-HSV1 IgG: CLIA negative Diasorin 0.1; Ac anti-HSV1 IgG: CLIA Diasorin<0,5 and ac anti-HSV IgM: EIA negative Biorad<0,8 all. Am I sure not to be reached?

Not, in fact the virus is detected but the antibodies, it is not reliable at 100%, best is a direct analysis by taking away if you have lesions. A blood test for this virus is an indirect analysis which does not have little interest because of the late appearance of the antibodies. Average duration of activation of the labial virus: 48h

Ac IgG +-IgM present only during the recurrences.

All the people who were in contact one day with the virus (approximately 1/3 of planet) have obligatorily antibodies of the herpes, nothing does not show that these antibodies are effective or not, you can be sick or “carrying healthy”, that does not prove anything.

But also, the specific serology of HSV-1 does not make it possible to establish a diagnosis of old genital infection with HSV-1.

A serologic reaction can be negative whereas the subject is reached herpes because 1 to 3 months is necessary to the seroconversion.



- Can the herpes on certain parts of the body resemble plates or small blisters or small red buttons with itchings?

See a dermatologist because that evokes an eczema rather.

- Being small, I declared an eczema on-infected. Is it probable that I declare some another, knowing that I have an eczema of contact of the hands and a herpes of the labial type?

Precautions of hygiene in the event of eczema, to avoid the contact between the herpetic lesions and those of eczema, under penalty of creating new infectious hearths.

- Can eczema and herpeses interact? Y does it have T a link between on-infected eczema and herpes?

Yes, precautions of hygiene because of strong risk of self-contamination.

- Why does one speak only about the labial and genital herpes? I have some on the bottom of the back and the buttocks, but this kind of herpes is never evoked. Which is the virus?

On the back and the buttocks, a standard herpes 2, it is about a very frequent form.

- A genital herpes was diagnosed to me 10 years ago (firstly infection). The genital herpes can it have consequences on health (predisposition example to the cancer of the cervix, or other…)

Not, not of shown predisposition, contrary to the condylome or the chlamydia.

- Y does it have T a link known between beginning of late epilepsy at the adult and herpes?

None.
  
- I suffered from thorough from herpes since my childhood, for 2 years I successfully use essential oil of Tea Tree as of the primary symptoms, has one could use this kind of product in basic treatment?

If that goes for you, continue but it is not a basic treatment.

- To finish some with a labial herpes, can't one search the ganglion tank and make the exérèse of it?

Unfortunately not! It would be necessary to remove all the nervous zone concerned and thus caused irremediable after-effects, it is impossible.

- Can one bore a button of fever during his appearance or leave it such as it is?

Not to touch! More important risk of inoculation to other localizations.

- Why you say that homeopathy is not effective whereas it rather often goes when it is taken at the beginning (vaccinotoxinum in amount) and that it is better than anything when the basic treatment is not supported.

Homeopathy: if that goes on you, so much better, continue.

- Except for can the face, the herpes of the type 1 be located on other parts of the body, like the fingers?

Yes, but in a more benign form, the standard virus 1 exchange of zone easily but it does not migrate, it is a new infection on a new zone.

- Is it necessary to intervene of continuation with a care or is worth it better anything to do and wait until that passes?

The local treatment must be done as soon as possible, before the blisters, it is the best method.

- Does the herpes always have the shape of button of fever? So not with what can it resemble?

Not, sometimes a simple redness, sometimes a feeling of burn without blisters.

- In the style of clay, I had intended to say that the alum stone had a power. Do you know which?

Not, nothing to prove to date and hones it Alum, it is salt.

- Which are the risks to the Juste which the new born one in the event of transmission during the childbirth incurs?

A risk of neonatal herpes 1 out of 10,000 new born (encephalitis)

- Is there a possible reduction of the effectiveness of the treatment Zelitrex when this one is taken in long life treatment?

If it were really effective, that would be known for a long time, antiviral which acts in the long run as prevention, that does not exist.

- I have pushes of labial herpes approximately every 2 months. Is it possible to have a treatment over the duration, and that Ci would it be refunded? Who to go to see for that, can the general practitioner prescribe some?

Yes so more than 6 pushes a year, you are refunded, see your general practitioner but nobody in the world proved the effectiveness of a preventive medication.

- Can the application of an ice floe on the button as of its appearance remove its evolution?

With my opinion not but that does not make evil test.

- I read that the virus was destroyed by heat. Is this true and at which temperature? I apply a very hot water cotton as of the first signs, which seems to function.

One would need a strong temperature over a prolonged time to destroy the virus: impossible to apply to the skin without causing real damage.

- Can one nurse, when one takes of Zelitrex?

Yes, without problem.

- My labial herpes starts several times a year during the cold seasons (in the Tropics during 18 years, I did not have any eruption). You did not evoke the homeopathic treatments Natrum muriaticum or vaccinotoxinum: why?

If it were effective, the problem would be rule for everyone, out I do not know anybody at whom that really functions.

- Can one be contaminated by a protective cream or a lipstick knowing that this same cream was in contact with an oral herpes.

Yes of course, the risk exists if the contaminated person has just made use of it.

- How to act as prevention following a fellatio with a labial herpes?

Possible Pas de prevention.

- As for the protective cream, can one be contaminated if one drinks in same glass or with the bottle as from the moment when the object were in contact with a button of fever?

Yes, if the contact is recent.

- How is an ocular herpes transmitted and how does one catch?

By direct contamination, generally by the fingers.

- In period of great stress, I have herpes constantly. Is there a basic treatment to control this push?
   

Manage the stress, it is not easy sometimes, but there is not better like method. The statistics show that the recurrence is present at all the anxious people.

Rémy  Altmeyer

- Autodidacte

- Consultant International

  en HERPES + MGI

- Président de l'AGP

  (Guérisseurs de Provence)

- Conférencier