Conseils sur votre alimentation                            (IMPORTANT en cas d'herpès)

Il y a deux éléments en particulier que nous consommons régulièrement mais qui sont de véritables poisons pour notre organisme et notre système immunitaire. 

 

Nos ancêtres, il y a quelques générations,  il y a plusieurs siècles, il y a des milliers d'années, ne connaissaient pas ou ne consommaient pas régulièrement ces deux compléments de notre alimentation moderne.

 

LE SUCRE raffiné et LE LAIT de vache

 

De nombreuses études indépendantes ont démontré que ces deux "aliments" ne sont pas indispensables et qu'ils apportent de nombreux problèmes de santé.

LE SUCRE

Les dernières études scientifiques en date ont démontré en laboratoire que des cobayes rendus accrocs à la cocaïne ont préféré choisir la solution de sucre que leur dose indispensable de cocaïne, malgré leur dépendance à celle-ci..!!!

Le sucre est une drogue douce, commercialisée et imposée par l'industrie agro-alimentaire...

 

Il est reconnu aujourd'hui que la plupart des cellules cancéreuses ont besoin de carburant pour survivre, ce carburant est principalement le sucre et il est aussi connu qu'un organisme humain consommant du sucre très régulièrement (la plupart d'entre nous) amène à une mutation qui ralentit ou bloque l’absorption d'insuline par les cellules, ce qui fait que le sucre quand il n'est pas directement transformé en graisse reste stagnant dans notre circulation sanguine et attaque la plupart de nos organes vitaux.

Il est aussi prouvé que la consommation régulière de sucre est le facteur principal des nombreuses infections et de nombreuses pathologies.

Ce milieu favorise aussi la survie de nombreux virus dans l'organisme dont l'herpès.

 

BIEN LUTTER CONTRE L'HERPES :

 

En cas de résistance de l'herpès malgré les traitements, faites un régime strict sans sucre ajouté, si vous êtes courageux avec 0% sucre (ni raffiné, ni fructose, ni miel, pas de fruits) pendant 3/4 semaines au moins.

Vous serez probablement fatigué quelques jours mais ensuite ce sera le contraire, votre corps va revivre et vos virus s'affaiblir.

 

Conjointement, supprimer les aliments contenant une forte concentration en "arginine" (carburant spécifique de l'herpès) comme le chocolat, les arachides, noix et graines en général.

Et prenez chaque jour des aliments contenant une forte concentration en "lysine"  (le concurrent direct de l'arginine) 

comme les poissons, l'agneau, le veau, le gibier, les légumineuses, le porc et la volaille.

 

Avec tout ça, vous avez de quoi faire de bonnes recettes.

 

Supprimez absolument le sucre et l'arginine (surtout le chocolat), consommez de la lysine en excès.

LE LAIT

 

" Que dirions-nous si les scientifiques nous révélaient qu'il existe dans notre alimentation une substance qui donne un cancer à 100 % des animaux qui la reçoivent et à 0 % de ceux qui n'y sont pas exposés ? Et si, en plus, cette substance agit à des doses que l'on rencontre dans l'alimentation ? Les implications pour la santé humaine serait considérables.

 

Or cette substance existe, c'est le lait "

 

Le lait maternel humain est fondamental pour les bébés, oui. Le lait de vache est fondamental pour les ... veaux... Seriez-vous un veau ?

Le lait est difficile à digérer ? Évidemment : 75% de la population de cette planète sont incapables de le digérer. Raison de plus pour l'éviter comme la peste.

Le lait apporte du calcium ? Oui, sauf qu'il y en a moins et qu'il est moins assimilable et moins utile que le calcium contenu dans une poignée d'amandes, dans des pois chiches ou dans des haricots rouges !

Il apporte du sucre ? Oui, le lactose, et c'est justement lui qui ne se digère pas bien.

Il apporte des graisses et des protéines ? Mangez donc un avocat à la place, ce sera plus bénéfique.

Le lait pour votre santé ne sert qu'à encrasser votre organisme !

De plus en plus de personne sont conscientes qu'après avoir consommer des produits laitiers, elles digèrent mal ! ça c'est fondamental...

Il n'a jamais été démontré scientifiquement l'utilité des produits laitiers dans l'alimentation humaine ! Je vous mets au défi de me trouver une étude - autre qu'une simple affirmation faite par les producteurs de lait - disant par exemple que le lait combat l'ostéoporose, comme on l'entend si souvent raconter.

Et dans "il est conseillé de boire au moins 1,5l d'eau, de consommer trois produits laitiers par jour et de manger assez de protéines de type animal. Là, serait le parfait équilibre !", il y a du vrai ... à condition d'ajouter que ce conseil est donné uniquement par le lobby agro-alimentaire qui a tout intérêt à ce qu'on bouffe du lait et de la viande en grande quantité !

Vous trouverez facilement sur le net que le lait de vache contient des caséines (80% des protéines du lait de vache) qui servent aussi à fabriquer des colles ou liants pour la peinture industrielle.

Quand on supprime la caséine et le gluten chez les "autistes", ils reviennent à une vie quasi normale, démontré par de récentes études internationales, voir sur la toile également.

En laboratoire, la caséine donne le cancer à tous les animaux cobayes et de nombreuses études récentes confirment la nocivité et le risque cancérigène important de cette protéine, portant les autorités sanitaires continuent de vanter les mérites du lait appuyés par les lobbyings de producteurs.

 

Lait chez la femme = CANCER du sein

 

Lait chez l'homme = CANCER de la prostate

 

supplément

LE CANCER

44 % des hommes et 39 % des femmes se voient diagnostiqué un cancer, il est importe donc plus que jamais de comprendre ques aliments vont non seulement nourrir votre corps, mais également le désintoxiquer de tout agent cancérigène. Voici quelques plantes et aliments les plus efficaces pour prévenir le cancer.

Les 8 plantes et aliments les plus efficaces contre le cancer

Voici donc une liste d’aliments et de plantes dont les propriétés anti-cancer sont remarquables. La nature de notre planète possède visiblement les remèdes qui sont susceptibles de nous désintoxiquer de notre mode de vie moderne, de moins en moins salutaire…

Nous espérons que ces aliments vous permettront de rester en bonne santé le plus longtemps possible !

konbu

Les algues marines comestibles

Le varech, le konbu et le nori sont les trois types d’algues comestibles les plus efficaces contre le cancer. Ce sont les sources les plus riches en iode et les plus disponibles dans la nature. L’iode est une substance absente du régime moyen des patientes diagnostiquées pour un cancer de la poitrine ou des ovaires.

Ces algues sont également riches en calcium et en potassium, ainsi que bien d’autres minéraux, qui contribuent à un environnement très alcalin, ce qui rend la survie très difficile pour un cancer.

SPIRULINE-POUDRE-HAWAI

Les algues

La chlorella et la spiruline sont deux des algues les plus puissantes qui soient dans le traitement anti–cancéreux.

Du fait de leur incroyable action de désintoxication (notamment en  capturant et en évacuant les métaux lourds) et de leur action de renforcement du système immunitaire (en favorisant la production d’une flore intestinale saine et en luttant contre l’excès de candidose), elles sont indispensables dans la lutte contre le cancer.

broccoli

Les légumes crucifères

Il est démontré que les légumes crucifères tels que le brocoli, le chou-fleur et le chou réduisent les risques de cancer et sont en mesure de bloquer la croissance des cellules cancéreuses en cas de tumeur du sein, des muqueuses de l’utérus, du poumon, du colon, du foie et du col de l’utérus.

Il semblerait qu’une substance phyto-chimique appelée « sulforaphane » soit en mesure de stimuler des enzymes qui désintoxiquent les carcinogènes avant que ces derniers n’endommagent les cellules, tout comme l’indole 3-carbinol et le crambene, qui sont également susceptibles d’activer les enzymes de désintoxication.

reishi

Les champignons médicinaux 

Les champignons médicinaux tels que le reishi et le chaga possèdent de nombreuses molécules bio-actives, dont des agents anti-tumoraux, identifiées dans leur structure. Ces composés bio-actifs incluent les polysaccharides, les alcaloïdes, les tocophérols, les phénoliques, les flavonoïdes, les caroténoïdes, les folates (acides foliques), des enzymes qui absorbent les acides, et des acides organiques.

Des études montrent que la consommation à long terme de reishi prévient la prolifération et la croissance de tumeurs en augmentant le taux d’anti-oxydants dans le plasma sanguin, tout en renforçant le système immunitaire des personnes souffrant d’un cancer à un stade avancé.

aloe vera

L’aloe vera

Des recherches montrent les propriétés immuno-modulatoires et anti-tumorales des polysaccharides de l’aloe vera, ce qui signifie un renforcement des fonctions du système immunitaire et la destruction des tumeurs cancéreuses.

Une étude de l’immuno-pharmacologie internationale a démontré que les polysaccharides de l’aloe vera exercent une activité macrophage puissante en activant des fonctions telles que la production accrue de volumes d’oxyde nitrique, qui possède des capacités anti-tumorales.

Le chanvre

La plante de chanvre contient l’une des sources les plus riches et les plus équilibrées d’huile sur la planète, avec un ratio idéal de 3 oméga-6 pour 1 oméga-3. L’huile de graine de chanvre contient également 80 % d’acides gras essentiels, plus que toute autre plante.

Les acides gras essentiels sont fondamentaux pour la fonction immunitaire, grâce à leurs acides gras anti-oxydants et anti-inflammatoires qui facilitent  l’oxydation des cellules et restaure la santé au niveau cellulaire. Puisque le cancer ne peut survivre dans un environnement hautement oxygéné, l’excellente teneur en A.G.E. du chanvre en fait un candidat idéal pour soigner le cancer. Et bien entendu, l’huile de chanvre Rick Simpson a déjà soigné plus de 5 000 personnes.

garlic

L’ail

Une étude aléatoire en double-aveugle menée sur 3 000 sujets humains durant 7 années cliniques a démontré que le risque de cancer était réduit de 60 % pour les personnes consommant le plus de légumes de type « allium », dont l’ail vieilli.

L’aliment miracle semble être l’enzyme alliinase (une substance nutritive appartenant au genre de l’allium), qui produit des composés anti-cancéreux. Le tout est de l’écraser et de le laisser à l’air libre pendant 15 minutes de façon à ce qu’il relâche ses composés anti-cancéreux.

curcuma

Le curcuma

La Life Extension Foundation a mené des recherches poussées sur les propriétés anti-cancéreuses du curcuma, et a découvert qu’il cible 10 facteurs impliqués dans le développement du cancer, dont la détérioration de l’ADN, les inflammations chroniques et la perturbation cellulaire, qui est un élément significatif.

Des centaines d’études ont également démontré que la curcumine est un puissant aliment anti-cancéreux qui bloque le développement du cancer de différentes façons très singulières.

Nous espérons que cela vous inspirera davantage de confiance en la nature, afin de pouvoir inverser ces statistiques effrayantes.

Avant de vous donner mes conseils, j'ai testé pour vous...

 

Le meilleur des médicaments est un ...bon aliment...

 

Mode alimentaire (but, renforcer votre système immunitaire)

 

- Buvez impérativement entre 1,5 et 2 litres d'eau ou jus par jour, un peu plus l'été en raison de la transpiration, n'oubliez jamais que votre corps est composé essentiellement d'eau et que c'est la quantité indispensable pour toutes les cellules de votre corps, chaque jour vos reins filtrent 180 litres de sang pour 1,5 litres d'urine environ, si vous diminuez la quantité d'eau absorbée, vous diminuez la quantité du sang filtré et vous accumulez les déchets divers dans votre organisme (glucides, acides, médicaments, minéraux inutiles, bactéries, proteines, enzymes, hormones, etc...)

- Variez votre alimentation dans vos repas, vous pouvez manger en grande quantité mais jamais en un seul repas et un seul aliment unique en excés, sinon votre organisme se vengera à court ou moyen terme.

Concernant la viande ou les protéines, des études ont prouvé sur deux groupes différents avec biopsies régulières sur la masse musculaire qu'il vaut mieux partager la prise de proteines en 3 parts égales matin, midi et soir qu'en une seule fois.

- 65% de l'immunité provient des intestins, attention à l'alcool, le tabac, les sodas concentrés en sucres et acides, le café, les condiments forts et les médicaments. Attention aux antibiotiques, 1kg de bactéries indispensables en moyenne dans les intestins qui, par leur diversité biologique, protègent contre la colonisation du tube digestif par une seule ou certaines espèce bactérienne indésirables ou d'autres micro-organismes pathogènes. Ce "microbiote" contient plus 10 fois plus de bactéries que de cellules dans le corps humain.

 

- 1ere recette : 3 aliments "magiques" et indispensable pour votre santé :  l'ail (frais) - le citron (jus et zeste) et la pomme (au moins 2 par jour)

 

- 2ème recette : 2 préparations "magiques" et indispensable pour votre santé :  le vinaigre de cidre (1 cuillère à café tous les jours dans de l'eau ou du jus ou vos salades) - Le miel (pour remplacer le sucre et régulièrement dans des recettes)

 

- 3ème recette indispensable : l'exercice physique qui libère des endorphines et stimule l'immunité, efficace seulement pour un sport endurant pendant 30 mn minimum (jooging, vélo, natation, ski, sport en salle, danse, etc...) Une astuce, faire du sport à faible intensité le matin à jeun oblige votre organisme à puiser dans vos réserves de graisse à condition d'avoir bu un grand verre d'eau et réchauffer vos muscles avant de forcer, pas de sport intensif ou forcé à jeun.

 

- 4ème recette : non obligatoire mais fortement conseillée, au moins d'essayer plusieurs semaines, le "régime sans gluten" 

 

- 5ème recette (en cas d'ostéoporose) : plus efficace que n'importe quel traitement, pas besoin de produits laitiers, mettre un oeuf avec la coquille dans un verre, recouvrir complétement l'oeuf de vinaigre de cidre, laissez agir toute la nuit et au matin, enlever l'oeuf du verre et boire le vinaigre restant dans le verre (il a perdu son acidité) avec un peu de jus de fruit, le calcium sera directement assimilé par votre organisme.

 

LE GLUTEN

 

Lorsqu'on arrête le gluten, quels vont être les bénéfices rapides sur votre santé ?             Tout d'abord, pour de meilleurs résultats, je conseille fortement de faire aussi une croix sur les produits laitiers que la plupart d'entre nous digèrent mal également. Au bout de quinze jours, les résultats sur l'organisme sont visibles : une meilleure digestion, une meilleure immunité et surtout, une vitalité retrouvée ! Et cela entraîne aussi une perte de poids.   Dans un second temps, ce régime va réduire considérablement les soucis et maladies chroniques qu'il s'agisse de problèmes de peau, de spasmophilie, d'arthrose... Chaque fois qu'il va y avoir une chronicité dans un symptôme, la fin du gluten et des produits laitiers va améliorer la situation.

Il faut arrêter le gluten de façon radicale sinon, impossible d'obtenir des résultats. Dans un premier temps, l'estomac va en effet cicatriser. Ensuite, au bout de 3 à 6 mois d'alimentation sans gluten, rien n'empêche de réintroduire le gluten une fois par semaine. Et si aucun effet négatif n'est constaté, passer alors à une journée avec gluten tous les cinq jours. Mais jamais au-delà.

Les possibilités sont multiples pour se passer du gluten, désormais on trouve facilement des aliments sans gluten dans les épiceries bio ou même les grandes surfaces.

 

 

 

FIN DU RESUME

 

Pour ceux qui n'ont pas peur de la lecture, voici le récit complet du résumé ci-dessus ainsi qu'en bas de page, 10 gros mensonges et fausses idées reçues concernant l'alimentation :

 

VOTRE CORPS

 

La première chose à comprendre est que notre corps a de grandes capacités que vous ne soupçonnez sans doute pas pour la plupart. Notre corps est une merveille, mais il ne sait faire qu’une seule chose à la fois…                                                                                            

Lorsque notre corps se nourrit ou pire qu’il s’intoxique, il ne peut se mettre en fonction nettoyage. Vous comprendrez, qu’on ne lui laisse donc, de nos jours, pas beaucoup de temps pour effectuer son travail de détoxication.                                                                    

Notre corps est comme une maison, avec ses différentes pièces et des placards de rangement.

Un corps pas trop intoxiqué sort les déchets par les voies de sortie (portes, fenêtres, aérations etc), mais si on lui donne trop de travail, il accumule, et utilise les organes (placards)pour stocker. Les métaux lourds suivent eux aussi ce parcours de gestion et se retrouvent dans les différents organes, y compris le cerveau, les os, les muscles, le coeur, etc...  

Une première étape consiste à nettoyer le circulant et les « lieux de passage » c’est à dire le sang, la lymphe, les intestins etc… et pour se faire j’ai du avant tout dégager les voies de sortie qui étaient débordées de travail.                                                                                          

Ces voies de sortie ont été nommées les émonctoires, il s’agit du foie, les intestins, les reins, la peau, les poumons, les oreilles, l’utérus, les glandes salivaires, les glandes lacrymales, les amygdales et en fait tous les ganglions lymphatiques. Imaginons que notre corps soit un entonnoir avec du côté du petit embout, l’ensemble des émonctoires. Si nous nous lançons trop rapidement dans un changement d’alimentation, les toxines vont affluer vers la sortie et faute de pouvoir toutes être évacuées elles déborderont et seront ramenées dans le corps et se re-déposeront.

Pour dégager ces voies de sortie, j’ai d’abord arrêté de surcharger mon corps et j’ai arrêté plusieurs aliments différents. J’ai du être très strict puisque mon corps était particulièrement débordé.  

Un des émonctoires le plus mis à mal est le système digestif. Il faut comprendre que la première réaction de notre corps face à l’intoxication aux métaux lourds est la prolifération du candida (levure ayant six espèces pathogènes pour l’homme pas seulement l’albican), qui abîme nos intestins et se propage sous forme de mycélium (champignon) dans tout notre corps. Son terrain préféré est celui où se sont logés les métaux lourds dans notre corps. D’ailleurs tout est une question de terrain comme le disait Claude Bernard « Le microbe n’est rien, le terrain est tout » .Certains pensent qu’il est notre nettoyeur mais je crois plutôt que c’est un sale profiteur, c’est un parasite ne l’oublions pas. Sans ces métaux lourds il ne pourrait rester en nous, c’est son port d’attache. Il n’est donc en vérité pas notre nettoyeur mais justement l’inverse. Il s’attache aux métaux lourds, se créant tranquillement une demeure…il n’a nullement l’intérêt de faire sortir ces métaux de notre corps, son intérêt est même plutôt de les accumuler pour croître…et oui, au détriment de notre santé…mais lui se fiche pas mal de cela. Ceci dit avec ce terrain intoxiqué aux métaux lourds que nous avons, notre corps ne trouve pas mieux à faire. Une question de terrain. Il faut admettre aussi (je sais c’est difficile au départ, mais les dernières recherches scientifiques vont dans ce sens) que ce champignon est capable de réclamer de quoi le nourrir lui. Car si il est important d’avoir un lieu de vie (les métaux pour lui) il est aussi important d’avoir de quoi se nourrir pour croître. Nos intestins abîmés ne permettent plus une bonne digestion. En premier lieu, nous ne pouvons plus digérer le gluten et la caséine. Suivant, notre intoxication et notre état de santé, nous pouvons avoir du mal avec presque que toutes les protéines. D’ailleurs, les allergies ou intolérances alimentaires sont dues à la mauvaise digestion des protéines, entre autre. Les molécules (protéines) traversent la paroi intestinale sous forme de gliadinomorphine et caséinomorphine, des toxines, des drogues en fait. Elles peuvent nous créer de nombreux symptômes. Lorsque l’on supprime de notre table, le gluten et les produits laitiers animaux, notre corps nous remercie assez rapidement. Le gluten est une colle, qui tapisse alors nos intestins, empêchant ainsi l’absorption des bons nutriments mais aussi la bonne évacuation des déchets. Les produits laitiers animaux et surtout ceux de la vache posent en vérité plusieurs problèmes. La caséine que l’on digère mal, le lactose qui est un sucre et donc nourrit le candida (les levures adore le sucre), le gras qui chez tous a la capacité de retenir les toxines et le calcium dont on a en vérité pas besoin en aussi grande quantité que l’on veut nous faire croire (de toute façon, on trouve du calcium ailleurs) En vérité, nombreux sont les aliments qui sont en fait plus nocifs que bénéfiques pour notre santé. Et la toute première chose à faire est de tranquillement les diminuer, jusqu’à les supprimer totalement dans certaines périodes, plus ou moins longues, suivant notre état de santé et notre souhait de perfection de celle-ci. Rien ne sert de se lancer dans une cure de détoxication si en même temps nous continuons d’alimenter notre corps par des aliments créant des toxines. Ce serait comme essayer d’écoper l’eau d’un bateau qui coule ». Vous connaissez sans aucun doute, un bon nombre de ces aliments, comme le sucre, l’alcool, les snacks, les produits tout prêt, etc…mais vous connaissez peut-être moins l’effet délétère des produits laitiers animaux, du gluten, de la viande, des produits de la mer (mercure)…Il faut donc doucement diminuer ces aliments et les remplacer par des aliments plus en adéquation avec une alimentation santé…Je citerai ici la détoxination par palier de Désiré Mérien, sans le savoir c’est le protocole que j’ai utilisé…donc diminuer d’un côté et rajouter de l’autre des légumes (verts de préférence notamment pour la chlorophylle et crus) attention ne consommons pas trop de fruits, à cause du fructose (qui nourrit ce foutu candida) ajoutons du bon gras…(et oui, je le fuyais et m’enfonçais sans le savoir) toutes les huiles, crues et pressées à froid, olive, colza, sésame, chanvre, huile de coco…un mélange colza/olive permet un assez bon ratio oméga 3 et 6 …pour les snacks, préférez les oléagineux,attention celles-ci contiennent beaucoup d’oméga 6, le colza contient beaucoup d’omégas 3. Si vous vous lancez, allez-y DOUCEMENT, continuez d’imaginer un entonnoir.

Donc, en premier, j’ai diminué puis arrêté les toxiques et là, très vite mon corps m’a remercié. Puis, pour ne pas amener trop de travail aux voies de sortie, j’ai éliminé tout ce qui est connu détoxifiant, afin de ne pas sortir plus de déchets des organes et de ne pas encombrer les voies de circulation. J’ai donc arrêté l’oignon, le chou, les herbes aromatiques, la betterave, etc … les détoxifiants. Cette première phase a duré plusieurs mois chez moi, mais ma toxémie était très importante. Ceci dit, les bienfaits n’ont pas mis beaucoup de temps à se faire sentir mais à chaque écart, je payais très cher. J’ai pu récemment réintroduire le chou, des herbes aromatiques, l’oignon, les carottes mais à petite dose afin de ne pas surcharger mes voies de sortie et de ne pas trop forcer sur les organes.

Ceci m’a permis de comprendre que les aliments auxquels nous sommes intolérants sont soient des protéines mal digérées, soient des aliments connus détoxifiants. Souvenez-vous que le candida englobe les métaux lourds un peu partout dans notre corps. Lorsque l’on cesse de l’alimenter (détoxication par paliers) il commence à mourir et comme tout corps qui meurt, il se décompose et produit des gaz, qui eux donnent des symptômes. Mais aussi en mourant, le candida libère les métaux lourds sur lesquels il vivait. Voilà pourquoi, il ne faut pas se détoxifier trop vite !Rien ne sert de surchauffer le moteur, sous peine de cramer la résistance. Il ne faut donc pas supprimer trop vite le candida sous peine de déverser trop de métaux d’un coup, que le corps ne saura pas gérer, et donc ces métaux repartiront dans la circulation pour se déposer à nouveau, créant ainsi une nouvelle demeure à notre cher parasite. Le serpent qui se mord la queue. Donc dans un premier temps,ne cumulons donc pas, la détoxication par paliers avec l’utilisation trop importante de ces aliments connus détoxifiants.

Une partie des métaux lourds sort par les urines (d’où les infections urinaires de plus en plus fréquentes) boire de l’eau pure pour aider à l’élimination et diluer, afin d’éviter de surcharger les reins et le système urinaire. Sortir les métaux lourds et ne pas oublier le moyen de les transporter vers la sortie. Le soufre comprend un groupement thiol servant de pince pour attraper les métaux. Par conséquent, nous devrions consommer des légumes de la famille des crucifères ( l’ail, le chou, le brocoli, le chou-fleur, le chou frisé, chou, radis, etc), qui sont riches en soufre. L’ail étant le plus puissant.

Il faut comprendre que d’un côté il faut virer les métaux, et c’est la mort du candida qui libère les métaux, et de l’autre les remplacer par les bons éléments, les acides gras, oméga 3, 6, 9, les vitamines, les bons oligo-éléments, zinc, sélénium, etc…

Il y a plusieurs façons d’assassiner le candida, d’une part l’affamer, d’autre part utiliser des aliments qu’il n’aime pas et aussi augmenter la population de ses ennemis, en nourrissant les bonnes bactéries, en privilégiant les légumes riche en chlorophylle. Il semblerait d’ailleurs, que les bonnes bactéries nous aident à chasser les métaux lourds plutôt que de les accumuler.

 

Voici 10 gros mensonges, mythes et idées reçues qui circulent :

 

1. Le petit-déjeuner idéal

 

« Idéalement, la journée débute avec un repas équilibré, composé d'un laitage, d'un fruit et d'une boisson… », écrit Flora Genoux en page 15 du journal Le Parisien, mardi 3 décembre 2013. 

Ces conseils dérivent directement des recommandations officielles de manger, au petit-déjeuner, une tartine de beurre et de confiture, un jus d'orange et un bol de lait. 

On retrouve une variante de ce mythe sur les boîtes de céréales, qui martèlent aux enfants que leur petit-déjeuner idéal se composera, par exemple, d'un « bol de Kellogg's Corn Flakes avec du lait (pour le calcium) et d'un jus d'orange (pour les vitamines) ». 

C'est faux, faux, faux sur toute la ligne. 

Ces petits-déjeuners sont des bombes à sucre : le jus d'orange est riche en fructose, le « mauvais sucre » qui fait monter la glycémie et qui se transforme en mauvaise graisse ; le lait est plein de « lactose » qui est une autre forme de sucre. Le pain à la confiture, ou les céréales, sont aussi pleins de glucides : au contact de la salive, l'amidon du pain se transforme en glucose et fera monter en flèche le taux de sucre sanguin dans les minutes suivant son absorption. 

Tant de sucre oblige le pancréas à produire une masse d'insuline, ce qui peut entraîner une crise d'hypoglycémie vers 11 heures du matin, avec une baisse d'énergie, une prise de poids sous forme de mauvaises graisses, le tout accompagné d'une forte fringale. 

À l'Université de Kansas pour la diététique et la science de la nutrition, des chercheurs ont publié une étude en février 2010 démontrant qu'un petit-déjeuner doit au contraire être riche en protéines. Moins de glucides et plus de protéines augmentent l'énergie, diminuent la sensation de faim au cours de la journée, sans pour autant augmenter le nombre de calories absorbées pendant la journée. En effet, les calories supplémentaires consommées lors d'un riche petit-déjeuner sont compensées par une baisse égale des calories aux autres repas, sans même que vous vous en aperceviez. Vous n'avez donc à faire aucun effort. 

De plus, remplacer les glucides par de bonnes graisses réduit encore la hausse de la glycémie (taux de sucre dans le sang) et accroît la sensation de satiété, réduisant les fringales et donc le grignotage pendant la journée. 

Un bon petit-déjeuner doit donc contenir un apport conséquent de protéines et de bonnes graisses. Il est hautement recommandé d'y incorporer des aliments comme des œufs, omelette, avocat, tranche de saumon, de jambon, olives, fromage de brebis, noix, amandes et autres fruits à coque, ou encore des crudités avec de la vinaigrette. 

Cela vous donnera une vraie sensation de satiété, de l'énergie, et un appétit modéré à midi qui, au bout du compte, bénéficieront à votre santé et à votre ligne.

 

2. Le lait est bon pour les os

 

Il n'existe pas la moindre preuve que le lait rende les os solides et prévienne les fractures, et c'est même le contraire qui vient d'être démontré par une nouvelle étude de Harvard (qui fait suite à toutes les données scientifiques que l'on avait déjà sur cette question). 

Plus de lait au cours de l'adolescence, c'est plus de risques de fracture de la hanche chez les hommes. Chez les femmes, la consommation de lait ne change rien. [1] 

De plus, selon une étude de 2012 publiée dans l’American Journal of Epidemiology, les hommes qui, dans l'adolescence, ont bu le plus de laitages ont un risque significativement augmenté de développer un cancer de la prostate. [2] 

Selon le spécialiste du lait Thierry Souccar, « il est nécessaire que les autorités sanitaires (en France : ANSES, INPES, PNNS) fassent amende honorable en reconnaissant qu'elles ont eu tort d'inciter toute la population à consommer 3 à 4 laitages par jour "dans le but de prévenir les fractures" ; elles doivent s'abstenir dorénavant de promouvoir la surconsommation de ces aliments, et prôner la modération. » 

 

3. Les aliments allégés sont bons pour la santé

 

Savez-vous quel est le goût d'un aliment dont on a retiré toute la graisse ? 

Eh bien, c'est exactement celui du carton. Personne ne voudrait en avaler. 

Les industriels de l'agro-alimentaire le savent et ils ajoutent d'autres choses pour compenser le manque de gras. 

En général, ce sont des sucres : sucre, sirop de glucose-fructose, ou des édulcorants artificiels comme l'aspartame. 

Ces aliments augmentent fortement les fringales. Les graisses, au contraire, donnent une sensation durable de satiété, parce qu'elles restent plus longtemps dans l'estomac pour être digérées par les sucs digestifs. 

Il est donc plus difficile de maigrir quand on mange des produits allégés en graisses.

 

4. Les œufs sont mauvais pour la santé

 

Un des plus grands tours de force des diététiciens modernes est d'avoir diabolisé un des meilleurs aliments pour l'homme : les œufs. 

Le jaune d'œuf, selon eux, est plus dangereux que la peste car il est horriblement riche en cholestérol, et donc facteur de maladies cardiaques. 

Il est vrai qu'un gros jaune d'œuf contient 212 mg de cholestérol, ce qui est beaucoup par rapport aux autres aliments. 

Mais il a aussi été prouvé que le cholestérol alimentaire n'augmente pas le cholestérol sanguin. Le cholestérol sanguin est fabriqué par le foie, à partir du sucre, combien de fois faudra-t-il le répéter ?? 

Une ÉNORME étude, portant sur 4 millions de personnes, est encore parue tout récemment dans le British Medical Journal, et a de nouveau conclu que manger un œuf tous les jours n'augmente en rien le risque de maladie cardiaque et peut même baisser le risque d'attaque cérébrale (AVC), sauf pour les personnes diabétiques. 

Notons également que le jaune d'œuf est magnifiquement riche en lutéine et en zéaxanthine, deux antioxydants extraordinaires qui protègent les yeux contre la cataracte et la dégénérescence maculaire. 

 

5. Manger beaucoup de protéines est mauvais pour les reins

 

Les régimes hyper-protéinés sont fortement critiqués pour provoquer des problèmes de rein et de l'ostéoporose (os poreux). 

Une fois de plus, c'est le contraire qui est vrai. 

Sur le long terme, manger des protéines donne des os plus solides et diminue fortement le risque de fractures, d’après un gigantesque travail de synthèse effectué récemment par des chercheurs de l’université du Connecticut (Etats-Unis) . Restreindre la consommation de protéines est même décrit comme « dangereux » pour les personnes qui ont des os fragiles, dans l'étude citée ! 

Concernant les reins, il s'agit là encore d'un mythe : les études approfondies n'ont montré aucun lien entre les régimes riches en protéines et les problèmes de rein chez les personnes en bonne santé. 

Une situation à ne pas confondre avec celle des personnes souffrant d’insuffisance rénale chez qui il a été clairement démontré qu’une diminution des apports en protéines préservait mieux la fonction rénale déclinante. 

Manger plus de protéines et moins de céréales diminue la pression artérielle, les taux de cholestérol et le risque de maladies cardiaques. 

N'ayez plus peur des protéines mais accompagnez-les toujours de bonnes quantités de légumes pour leur effet basifiant.

 

6. Les huiles végétales sont meilleures

 

Les huiles végétales riches en acides gras polyinsaturées sont considérées comme bonnes pour la santé parce qu'elles diminueraient le risque cardiaque. 

Mais il y a là un gros malentendu : tous les acides gras polyinsaturés ne se valent pas. 

Les acides gras polyinsaturés oméga-6 ont un effet inflammatoire (mauvais pour les artères), tandis que les oméga-3 sont anti-inflammatoires (bons pour les artères). 

L'être humain a besoin de consommer des oméga-3 et des oméga-6 de façon proportionnelle : s'il mange plus des uns, il doit aussi manger plus des autres. 

Il faut deux à quatre fois plus d'oméga-6 que d'oméga-3. L'alimentation moderne est beaucoup trop riche en oméga-6 (présents dans l'huile de tournesol et de maïs), et trop pauvre en oméga-3 (huile de lin, huile de noix et de colza, huiles de poisson), ce qui explique en partie la hausse des maladies cardiaques. Le rapport est souvent de 1 à 20, ou de 1 à 30 ! 

Pour améliorer votre ratio oméga-6/oméga-3, vous devez donc à la fois essayer de diminuer votre consommation d'huile de tournesol et de maïs, et augmenter votre consommation d'huile de lin, de colza, de noix et de poissons gras. 

Attention : les acides gras polyinsaturés sont très instables : ils s'oxydent facilement et deviennent alors toxiques et nuisibles à la santé. Cette oxydation se produit lorsque les huiles sont stockées dans des bouteilles transparentes, exposées à la lumière, lorsque les bouteilles sont laissées ouvertes sans bouchon, et plus rapidement encore lorsque vous les faites chauffer. 

Conservez donc précieusement vos bouteilles d'huile végétale dans l'obscurité, au frais, et avec leur bouchon. Si vous vivez seul ou à deux, préférez les petites bouteilles, pour éviter de garder une même bouteille ouverte plusieurs semaines. Mettez un quart d'huile de lin dans vos vinaigrettes et envisagez de prendre des capsules d'huile de poisson (très riches en oméga-3) pour maintenir le bon ratio oméga-6/oméga-3. Conservez toujours une huile de lin au frigo. L'huile de lin ne doit jamais être cuite.

 

7. Les graisses saturées sont mauvaises

 

Dans les années 60, il fut soudain décidé que les graisses étaient responsables des maladies cardiaques, en particulier les graisses saturées. 

Cette nouveauté provenait d'études biaisées et de décisions politiques qui se sont révélées désastreuses. 

Une très grande revue d'articles scientifiques publiée en 2010 a conclu de façon définitive à l'absence totale de relation entre les graisses saturées et les maladies cardiaques. 

Il n'y a donc aucune raison de vous priver de viandes grasses, d'huile de coco ou de palmiste, très riches en acides gras saturés, et même de beurre, crème fraîche si vous supportez les produits laitiers. 

Les aliments gras vous donnent un sentiment fort et durable de satiété, parce qu'ils mettent longtemps à être digérés. Ils restent plus longtemps dans l'estomac que les glucides et les protéines. Ils permettent donc de mieux réguler l'appétit, de limiter le grignotage, de se sentir mieux dans sa peau, d'être plus actif, et vous aident à retrouver votre poids naturel.

 

8. Tout le monde doit manger des céréales

 

L'idée que l'être humain doit baser son régime sur les céréales m'a toujours paru absurde. 

La révolution agricole, à partir de laquelle les hommes ont commencé à manger des céréales, s'est produite il y a peu de temps, à l'échelle de l'évolution, et nos gènes n'ont pratiquement pas changé depuis. L'homme moderne n'est ni plus ni moins qu'un chasseur-cueilleur en costume-cravate ! 

Son tube digestif est toujours le même. Il n'est pas fait pour digérer des quantités importantes de céréales. 

Les céréales sont pauvres en nutriments essentiels, comparées aux légumes. Complètes, elles sont aussi riches en acide phytique, qui se lie aux minéraux dans l'intestin humain, ce qui les empêche d'être assimilées, provoquant une dénutrition. 

La céréale la plus répandue dans les pays occidentaux est, de loin, le blé, qui peut causer chez l'homme toutes sortes de problèmes de santé, certains mineurs, d'autres plus graves. 

Le blé moderne contient de grandes quantités d'un mélange de protéines appelé gluten, qu'une partie importante de la population ne supporte pas : allergie, intolérance, hypersensibilité. 

Dans ce cas, manger du gluten peut abîmer la paroi intestinale, provoquer des douleurs, des ballonnements, des diarrhées, de la fatigue . La consommation de gluten a aussi été associée, dans de très sérieuses études, à la schizophrénie, une grave maladie mentale.

Réduire la part des céréales dans l'alimentation peut donc se révéler excellent pour la santé, à condition bien sûr de remplacer les calories ainsi perdues par une consommation accrue de légumes, fruits, fruits à coques (noix, noisettes, amandes, noix du Brésil, noix de pécan…), et autres aliments riches en nutriments.

 

9. Le sucre est mauvais car ce sont des « calories vides »

 

Beaucoup de personnes pensent que le sucre de table est mauvais parce que ce sont des « calories vides ». 

Il est vrai que le sucre est très pauvre en nutriments essentiels, mais le problème va bien au-delà. 

Le sucre de table est appelé saccharose par les spécialistes. La saccharose est formée d'une molécule de glucose et d'une molécule de fructose. 

Or, le fructose est un mauvais sucre, lorsqu'il est consommé isolé. Au lieu d'être utilisé pour donner de l'énergie aux cellules ou au cerveau, comme le glucose, le fructose est métabolisé par le foie, qui le transforme en triglycérides, des graisses qui circulent dans le sang et augmentent le risque de maladies cardiaques. 

Manger beaucoup de fructose provoque une résistance à l'insuline et à la leptine, la première étape vers le syndrome métabolique, l'obésité, le diabète. Le sucre de table est donc le principal responsable des problèmes de poids, et sans aucun doute le pire ingrédient de notre régime alimentaire. Malheureusement, il est très bon marché et c'est donc l'un des ingrédients les plus utilisés dans l'industrie agro-alimentaire. Il constitue même la matière première principale de secteurs industriels entiers comme la confiserie, la pâtisserie, l'industrie des confitures et des boissons. 

Plutôt que faire la chasse aux graisses dans votre alimentation, faites la chasse au sucre… et regardez l'aiguille de votre pèse-personne revenir tranquillement vers votre poids normal, sans rien faire d'autre.

 

10. Le gras rend gras

 

Je reviens encore là-dessus car cela paraît évident à presque tout le monde que manger gras rend gras. 

Cette chose qui s'accumule sous la peau et qui nous rend gros et mou est de la graisse. Donc… manger de la graisse doit forcément augmenter cette couche de graisse. 

Mais ce n'est pas si simple. Il est vrai que les graisses contiennent plus de calories par gramme que les glucides et les protéines. Mais d'un autre côté, nous avons une répulsion naturelle à manger beaucoup de gras, car le gras provoque rapidement un sentiment de satiété voire d'écœurement, parce que nous le digérons moins facilement, surtout consommé seul. Ce n'est pas vrai du sucre, que nous pouvons manger en quantités énormes, sans nous en apercevoir, surtout quand nous l'absorbons sous la forme d'aliments qui n'ont pas un goût sucré, comme le pain, les pâtes, les pommes de terre. 

Il n’y a presque aucune différence pour maigrir entre un régime pauvre en glucides et un régime pauvre en graisses. 

Par contre, les régimes pauvres en glucides semblent plus efficaces à long terme. De plus, ils préservent mieux la santé cardiovasculaire.

 

----------------------------------------------------------------CONCLUSION-----------------------------------------------------------------

 

Si vous avez l'habitude de manger n'importe quoi n'importe quand sans en connaitre les effets sur la santé, vous allez "tomber des nues" et vous avez un travail difficile à faire sur vous même, commencez au plus tôt car je sais que mes conseils vont beaucoup vous aider.

 

---------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------

Ci-dessous, entretien "audio" sur France Inter de Thierry SOUCCAR, spécialiste du dossier : LAIT

Encore plus...

Consacrer du temps

En préparant vos menus à l'avance, vous achetez uniquement le nécessaire. 

L'expérience montre qu'il coûte plus cher d'acheter un peu de tout pour improviser ensuite des repas, que de prévoir à l'avance ses repas puis d'acheter ce qu'il faut pour cuisiner. En préparant à l'avance des menus équilibrés, vous mangerez juste ce qu'il faut, et vous vous en porterez d'autant mieux. A noter qu'un repas bien préparé comporte des plats variés, et que l'on est ainsi plus vite rassasié. 

Manger mieux, mais un peu moins

Des études chez les animaux ont montré que manger moins rallonge l'existence et diminue l'incidence des maladies, à partir du moment où vous avez votre dose quotidienne normale de vitamines et nutriments essentiels. Le Dr Richard Weindruch, du Centre de recherche national sur les primates du Wisconsin, a publié en 2009 les résultats d'une intéressante étude à ce sujet [1]. En 1989, il prit deux groupes de quinze macaques. Au premier, il donna une ration de nourriture réduite 30 % par rapport à la normale. Au second, il donna autant à manger qu'ils voulaient. En 1994, 46 autres macaques ont été répartis entre les deux groupes. Puis le Dr. Weindruch a comptabilisé les décès sur les années suivantes. Seuls 13 % des macaques ayant reçu peu de nourriture (restriction calorique) sont morts de maladies liées au vieillissement, contre 37 % de leurs congénères se nourrissant autant qu'ils le voulaient. 

Il est probable que l'effet soit le même chez les humains. Manger un peu moins que d'habitude pourrait vous faire gagner des années de vie en bonne santé, en plus de vous faire économiser. 

Réutiliser les restes

La quantité de nourriture jetée à la poubelle actuellement, sans autre raison que la négligence, la paresse et la désorganisation, est affligeante. On estime que près de 50 % de la production alimentaire mondiale est gaspillée, selon un rapport de la FAO, l'organe de l'ONU consacré à l'agriculture et à la nourriture. 

Cela veut-il dire que les restes de votre gigot de dimanche midi peuvent vous servir de dîner du vendredi soir suivant ? 

Je vais peut-être vous choquer mais le fait que de la nourriture devienne dure, change de couleur, qu'elle devienne gluante, ou même qu'elle sente mauvais, ne veut quasiment rien dire en terme de danger pour la santé. 

Le goût peut ne pas vous plaire, mais ça ne veut pas dire que vous allez tomber malade. Ceci parce qu'il existe une grande différence entre les bactéries qui dégradent la nourriture, et celles qui sont pathogènes, c'est-à-dire causes potentielles de maladie. 

Les bactéries qui font pourrir la nourriture forment un film gluant sur la viande, ramollissent les légumes, et donnent une très mauvaise odeur au poulet. Mais les bactéries pathogènes sont inodores, incolores, et invisibles. 

Dans la mesure où vous ne pouvez pas compter sur votre vue ni sur votre odorat, utilisez la règle de 4 : pas plus de 4 jours à 4 °C. 

A 4°C, vous pouvez conserver pendant trois jours entiers du poulet cru et du bœuf haché. Vos restes de nourriture cuisinés, eux, peuvent être conservés quatre jours. 

Redécouvrez la soupe

Non, je ne parle pas d'acheter des briques de soupe au supermarché, ni même les soupes « bio ». Vous ne ferez aucune économie, et vous ne saurez jamais, au juste, ce qu'il y avait dedans. 

Chaque fois que vous êtes en peine de faire un repas, souvenez-vous que virtuellement toutes les nourritures, tous les ingrédients, peuvent servir de base à fabriquer une soupe. Il suffit de les mettre à bouillir dans une casserole avec beaucoup d'eau, un oignon, une gousse d'ail, une carotte, quelques herbes, du sel et du poivre. 

Si vous n'avez qu'un seul légume sous la main (quelques carottes rabougries, un vieux chou-fleur), cela suffit pour faire un potage bon au goût et bon pour votre santé. N'ouvrez pas de paquet de chips. Ne commandez pas de pizza. S'il vous reste un quignon de pain que vous pouvez réduire en petit morceaux et faire revenir dans de l'huile d'olive avec de l'ail et du sel dans une poêle, faites-vous des croutons. 

Si la soupe est trop claire, une poignée de riz l'épaissira. 

Mangez du chou

Jusqu'à la découverte de l'Amérique, nos aïeuls n'avaient ni haricots, ni maïs, ni tomates. Et la pomme de terre n'est arrivée en Europe qu'à la fin du XVIIIe siècle. 

Le chou, sous toutes ses formes, tenait une place de choix dans leur alimentation. 

Aujourd'hui, le chou est passé de mode. Peu de jeunes ménages en consomment. 

C'est dommage. 

Il existe une grande diversité de choux, et un nombre prodigieux de délicieuses recettes pour les préparer, de la choucroute à la salade de chou râpé, en passant par le chou farci, le chou braisé et la soupe au chou. 

Le chou est bon marché en toute saison. Il a de grandes vertus détoxifiantes et chélatrices (se lie aux métaux lourds pour les évacuer de votre corps). Il est bourré de nutriments : vitamine A, C et E anti-oxydantes qui freinent le vieillissement cellulaire, fibres, potassium et souffre. 

Des études récentes ont démontré que le chou a des vertus anti-cancéreuses grâce à son souffre et ses anti-oxydants. Le brocoli freine le cancer de la prostate. 

Vous trouverez sur marmiton.org des centaines de recettes à base de chou. N'oubliez pas le chou de Bruxelles, le chou chinois, le brocoli et toutes les sortes de chou blanc, vert, rouge, frisé ou pommelé.

Mangez des légumineuses

Tout comme le chou, redécouvrez les lentilles, les haricots secs ou demi-secs, les fèves et les pois sous toutes leurs formes. Les légumineuses ne coûtent pas cher et font de délicieux potages, purées, peuvent se manger chaudes ou froides en salades. Il en existe assez de variétés pour en manger une fois par jour sans jamais se lasser, et elles peuvent parfaitement vous servir de plat principal, sans accompagnement. 

Un exemple rapide : ouvrez une boite de conserve de petits pois (inutile qu'ils soient « extra fins »), versez la dans une casserole, avec le jus, et faites chauffer. Il vous suffit ensuite de mixer, saler, poivrer, et ajouter une cuillerée de crème fraîche non-allégée, pour faire un délicieux potage. 

Limitez votre consommation de viande

Réservez la viande rouge (si vous en mangez) et les grosses pièces de viande pour les grandes occasions. 

Le reste du temps, les légumes cités précédemment feront une excellente base de repas, et vous pourrez manger végétarien sans y penser. Quelques lardons, ou un bout de saucisse fumée suffisent à accompagner ces plats, si c'est indispensable pour vous. Pour varier les goûts, redécouvrez les épices et les herbes aromatiques, à commencer par les plus simples et les plus courantes : ail, cerfeuil, noix de muscade, laurier, cumin... 

Choisissez vos poissons

Le poisson est très bon pour la santé, et il serait très dommage de s'en priver. Néanmoins, rien ne vous oblige à donner dans la lotte, le bar ou la sole, devenues hors de prix. Les petits poissons gras de mers froides sont bien moins chers, vous pouvez les acheter en conserve, et d'un point de vue nutritionnel, ce sont de toute façon les meilleurs grâce à leur forte teneur en oméga-3 et leur faible intoxication au mercure. 

Les œufs

Enfin, l'aliment parfait pour les petits budgets : l'œuf. 

Victime d'une épouvantable erreur judiciaire dans les années 90, lorsque des chercheurs accusèrent injustement son jaune (le meilleur !!) de faire monter le taux de cholestérol, l'oeuf a été totalement blanchi ces dernières années, en particulier grâce à une étude de l'Université de Yale. (2) 

Nous savons maintenant que deux œufs par jour n'ont aucun effet négatif sur le cholestérol, pour les personnes en bonne santé. Bien entendu, si vous suivez un régime particulier, prescrit par un médecin, ne changez rien sans l'avoir consulté. 

Sinon, vous n'avez aucune raison de vous priver de cette délicieuse source de protéines de haute qualité, nourrissante, facilement digérable, et très bon marché. Car même en magasin bio, vous aurez du mal à trouver des œufs, même enrichis aux oméga-3, à plus de 25 cts l'unité. 


SUPPLÉMENT :

 

Chlorure de Magnésium : un anti-fatigue prodigieux

 

Le chlorure de magnésium est un oligo-élément essentiel au bon fonctionnement du corps humain. Cette petite poudre blanche, produit peu onéreux, permet de prendre naturellement soin de sa santé. Le chlorure de magnésium est un précieux remède que vous pouvez trouver dans n’importe quelle pharmacie.

 

Sa présence dans l’organisme est très importante, puisque c’est lui qui permet le bon fonctionnement des organes. Utilisé depuis toujours comme simple complément alimentaire.

 

Lorsque vous souffrez d’une fatigue chronique, retrouver du tonus avec une cure de chlorure de magnésium. Dans 1 l d’eau, vous diluer 20 g puis buvez sa préparation tous les matins au réveil. En peu de temps , vous déborderez d’énergie. Testez ce remède durant 15 jours . Si la saveur âcre et amère vous rebute, placez votre mixture magique au réfrigérateur. Le goût s’estompera ainsi rapidement.

 

Brûlures d’estomac :

 

Le mal de ventre est l’un des maux les plus fréquents. Il suffit d’un rien pour qu’une brûlure apparaisse ou pour se sentir ballonné. Versez une cuillère à café de chlorure de magnésium dans un grand verre d’eau et buvez. Renouvelez l’opération toutes les 2 heures à raison de 6 fois par jour maximum.

Et lorsque vous devez assister à un repas copieux, préparez en amont votre estomac. La veille avant de vous coucher, consommez du chlorure de magnésium : 2 cuillères à café dans un verre d’eau. Faites-en de même le jour J: le matin au réveil et après votre festin. Vous éviterez ainsi une bonne crise de foie.

 

Un bain deux en un :

 

Après un effort sportif, rien de mieux qu’un bon bain chaud. Faites d’une pierre deux coups: ajoutez 4 cuillères à soupe de chlorure de magnésium à votre eau de lavage. Vous serez détendu et n’aurez pas de courbatures !

 

Halte à la constipation :

 

Le chlorure de magnésium agit comme un laxatif sur le transit. Il soulage donc rapidement les problèmes de constipation. Dans une bouteille de 1 litre d’eau, diluez-en 6 cuillères à soupe.

 

 

Miel : les abeilles vous veulent du bien

 

 

 

Le miel est utilisé depuis toujours pour ses vertus antiseptiques, contre les infections internes et externes. En effet, entre élixir de beauté et élixir de santé, ce liquide sucré ne sait pas choisir.

 

C’est dans le miel que réside la beauté des femmes. Il hydrate l’épiderme grâce à sa richesse en sucre et apaise les peaux les plus sensibles. Riche en substances minérales, en vitamines comme en acides aminés, il possède des vertus adoucissantes et régénératrices

.

 

En friction sur la peau, le miel est donc un excellent masque revitalisant.

Pour soigner une peau grasse, préparez un masque en mélangeant une grosse cuillerée à soupe de miel mille fleurs et 2 cuillères à café de jus de citron. Appliquez cette préparation sur votre visage et laissez 15 minutes avant de rincer à l’eau tiède.

 

À l’inverse, si vous avez une peau sèche, préférez un mélange d’une cuillère de miel et d’un œuf: cette potion contribuera à abreuver votre peau déshydratée et lui permettra surtout de retrouver tout son éclat.

 

Vous pouvez également nourrir efficacement et en douceur vos lèvres en mélangeant un peu de miel à une noisette de beurre de karité. Appliquez ce mélange sur vos lèvres pour les adoucir et les hydrater.

 

 

Il faut savoir que le miel pasteurisé a des propriétés antibiotiques.

Sur une écorchure, par exemple, n’hésitez pas à poser une compresse de miel: elle aidera non seulement la cicatrisation mais préviendra toute infection.

 

Le miel adoucit les tissus à vif. Ainsi, appliqué sur des brûlures récentes peu profondes, le miel favorise une cicatrisation plus rapide.

Une pommade au miel est susceptible de soulager certaines infections buccales telles que les abcès et aphtes.

 

 

Parce qu’il contient des minéraux , des vitamines et des acides aminés, le miel reste le roi des toniques.

En résumé: qui miel prendra, mieux se portera…

 

La levure de bière

Un remède anti-stress:

 

Rien de mieux que la vitamine B pour prévenir le stress et ses petits tracas.

Ca tombe bien, la levure de bière en contient à foison!

Prendre 3 gélules à chaque repas pendant 1 mois calmera votre anxiété et votre nervosité.

Complétez votre cure en buvant de l’eau riche en magnésium..

N’oubliez pas également de vous détendre en faisant du sport et en organisant des soirées détente.

 

Camomille: pour rester zen !

La camomille est connue depuis la nuit des temps pour ses vertus apaisantes, tant sur le corps que sur l’esprit.

 

Les pouvoirs pluriels des camomilles :

 

La camomille matricaire facilite la digestion et stimule l’appétit.

La grande camomille soulage les règles douloureuses et les maux de tête.

La camomille romaine, quant  à elle, calme les douleurs abdominales d’origine digestive.

 

Un remède capillaire :

 

La décoction de camomille (portez à ébullition 100 g de fleurs dans 1 litre d’eau et laissez infuser 10 minutes) s’utilise lors du rinçage et donne aux cheveux blonds un brillant appréciable.

 

Contre les rhumatismes et le mal de dos

 

Très diverses sont les origines des rhumatismes, qui se caractérisent par une inflammation douloureuse des articulations, pouvant se localiser aux épaules, aux mains, aux genoux, aux hanches. Les cures thermales et les applications de boue, bénéfiques depuis l’Antiquité ne sont pas les seuls remèdes naturels pour combattre efficacement cette affection.

 

Bain au gros sel et à la bruyère :

 

Le bain n’est pas seulement un moment de plaisir, cela peut être aussi un véritable moyen curatif. L’une des meilleures façons d’allier douceur et phytothérapie est de confectionner soi-même des sels de bain. En l’occurrence, contre les rhumatismes, des sels de bain à la bruyère.

 

Préparation :
Alterner dans un grand bocal des couches de gros sel de mer gris et des couches de fleurs de bruyères séchées (1  kg se sel pour 200 g de fleurs séchées). Placer le bocal bien fermé dans un endroit sombre et laisser le tout s’imprégner des substances actives des fleurs pendant 3 mois.


Utilisation :
Au moment de prendre son bain, mettre 2 poignées de sel à la bruyère dans un sachet de mousseline et plonger celui-ci dans l’eau. Faire suivre le bain par une séance de repos , puis oindre la peau d’une huile apaisante pour éviter une déshydratation, à cause du sel.

 

Un cataplasme qui fait du bien au Dos :

 

Le principe du cataplasme consiste à chauffer un endroit donnée pour propvoquer un afflux de sang décongestionnant. Le fait d’utiliser de l’argile verte , dont les vertus adoucissantes et décontractantes sont bien connues, augment les vertus de ce cataplasme qui fait tant de bien aux douleurs lombaires et dorsales.

 

Préparation :
Mélanger dans un récipient non métallique 6 cuillerées aà soupe d’argile vert, 4 cuillerées à soupe de graines de moutarde et autant d’huile que nécessaire pour former une pâte fluide et homogène. Incorporer 30 gouttes d’huiles essentielle de romarin, de gingembre et de marjolaine (10 de chaque).


Utilisation:
Appliquer en couche uniforme sur la partie douloureuse , couvrir d’un linge et poser une bouillotte par-dessus.

Rémy  Altmeyer

- Autodidacte

- Consultant International

  en HERPES + MGI

- Président de l'AGP

  (Guérisseurs de Provence)

- Conférencier